This page is not available in your language, please, choose yours

Balroom

Publié le 1 janvier 2008
balroom

Infos pratiques

Le... 22 avril 2006


Parc de La Villette, 211 avenue Jean Jaures
75019 Paris 19

Laurent Garnier

DJ Deep

Nickv

Vous avez reçu ce spam amusant qui vous apprend que la majorité des étudiants qui sont arrivés cette année à la

fac sont nés en 1986 ? On oublie souvent que pour eux, les Twix ne se sont jamais appelés Raiders et les M&Ms ne

se sont jamais appelés Treets. Ils n'ont jamais joué à la console Atari, au Commodore 64, au CPC6128 d'Amstrad.

Ils ne connaissent pas Pac Man, ils n'ont jamais vu de disquettes 5 pouces 1/4. Ils rigolent quand on leur rappelle

que les premiers PC n'avaient pas de disque dur et que les écrans n'avaient qu'une couleur. Ils avaient juste un an

quand le CD est apparu et ils ne peuvent pas imaginer comment on pouvait regarder la télé sans télécommande.

Ils n'ont jamais vu de mire sur un écran télévision! Pour eux les patins à roulettes ont toujours eu des roues

alignées, Michael Jackson a toujours été blanc, le sida et le chômage ont toujours existé.

Où je veux en venir ? Vous plaisantez, j’espère. Cette année, on va fêter les 30 ans du disco et les 20 ans de la

house ! Il y a donc de fortes chances pour que les kids qui dansent avec vous, là, sur le dancefloor, étaient juste en

train de pousser leur premier cri quand vous vous extasiez devant « Can You Feel It » de Mr Fingers. Et sans

mentionner le fait que « Free » de Denice Williams est sorti dix ans avant leur naissance ! It makes you wonder,

innit ? N’allez pas chercher plus loin la raison du lancement de Ballroom. Quand vous voyez les maîtres de

cérémonie de cette soirée, c’est un peu comme si les deux millions de maxis (approximativement) qui sont sortis

depuis vingt ans vous tournaient autour. Laurent Garnier, DJ Deep, Nick V. C’mon. C’est à la fois une course de

relais historique et, parce que ce sont des artistes, une projection dans l’avenir de la house, de la techno, et de tout

le reste d’ailleurs. Vous savez que ces DJ’s ont fermement le doigt sur ce qui se passe et qu’ils ont idée assez

précise de ce que devrait être un club, aujourd’hui, à Paris.

Ballroom est un projet de club qui veut imaginer qu’il est possible de faire de grands efforts. Une référence directe

aux grands clubs américains qui ont nourri notre imaginaire musical et nos voyages. Un fil ininterrompu

d’histoires vécues, d’après-midi passées dans des boutiques d’import, des nuits entières dans des clubs qui créent

les mythes urbains. Des rencontres sous les lumières dirigées par un Scan Commander. L’envie de rassembler les

gays sous le regard de trois DJ’s qui connaissent parfaitement l’histoire de la house. Le besoin de dépasser le club

tel qu’on le présente depuis une décennie pour lui donner un nouveau décor, rassemblant de lourds rideaux, la

modernité des néons et des LED. Retrouver l’esprit originel du club à travers une envie de donner davantage pour

renouveler le sentiment profond de ce qu’est une piste de danse. Pour de vrai.

Ballroom n’est pas un one-off. C’est un investissement, que vous retrouverez trois ou quatre fois par an dans un

Trabendo transformé par l'agence aire d’essai : lustres, lumières futuristes, un plafond étoilé, paravents ... Un

théâtre moderne pour un public de 1500 gays, hétéros, fans de techno, amateurs de hip hop, garage queens. It’s

gay – and more. Et pour que cette reviviscence fonctionne, pour que Ballroom marque l’évolution de l’équipe qui a

conçu Guys & Dolls ou Otra Otra, il faut arrêter de se comporter comme dans une marge assiégée par des clubs où

on se satisfait du pire. Il faut refuser de croire que nous sommes une minorité musicale à l’intérieur d’une

minorité sociale. Il faut contredire cette idée selon laquelle il est presque impossible de créer un événement

majeur à Paris sans brader nos principes et nos rêves, hérités de la house. Nous ne jetterons pas trente ans de

dance music comme ça, sans nous battre. Il y a des organisateurs et des Dj’s, là, qui mettent leur coeur et leur

travail pour vous. On vous demande juste de vous amuser – en les encourageant.

Ballroom, c’est du TLC, à vendre et à accepter.

15 euros

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement