Coronavirus : opération Résilience, transferts de patients à bord d’un NH90 Caïman

Par Caroline J. · Publié le 29 mars 2020 à 14h02 · Mis à jour le 29 mars 2020 à 14h41
Lors de sa prise de parole à Mulhouse, le Chef de l’Etat Emmanuel Macron a annoncé le lancement de l’opération Résilience face à la crise sanitaire qui frappe le pays. Objectif ? Soutenir les services publics et les Français dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection. Samedi 28 mars, trois transferts ont ainsi été réalisés au profit de 6 patients par des hélicoptères NH90 depuis des hôpitaux de l’Est de la France vers des hôpitaux situés en Auvergne et dans des pays frontaliers.

Une nouvelle fois, le Président de la République Emmanuel Macron a tenu à s’exprimer à la télévision le 25 mars au soir alors que la France poursuit son éprouvant combat face à la propagation du coronavirus.

Mercredi 25 mars, à Mulhouse, le Chef de l’Etat en a profité pour annoncer, sur proposition de la ministre des Armées et du chef d’état-major des armées, le lancement de l’opération Résilience. Cette opération militaire inédite sera « dédiée au soutien des services publics et des Français dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection ».

Comme l’a précisé Emmanuel Macron hier soir, l’opération Résilience sera « distincte de l’opération Sentinelle », et sera « centrée sur l’aide et le soutien aux populations ainsi que sur l’appui aux services publics » pour lutter au mieux contre la pandémie de COVID-19, « en métropole et outre-mer, dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection ». Les armées apporteront ainsi leur soutien dans l’ensemble de ces secteurs, à la continuité de l'Etat.

Plus concrètement, ces missions s’adapteront aux contextes locaux et « prendront en compte la priorité que constitue la poursuite par les armées de leurs opérations au profit de la sécurité des Français, sur le territoire national, dans les airs, sur les mers, dans l’espace cyber, comme sur les théâtres extérieurs ».

Le samedi 28 mars, trois transferts ont été réalisés au profit de 6 patients par des hélicoptères NH90 depuis des hôpitaux de l’Est de la France vers des hôpitaux situés en Auvergne et dans des pays frontaliers :

  • Depuis Metz vers Essen, en Allemagne, dans la matinée, assuré par hélicoptère NH90 Caïman du 1er régiment d’hélicoptères de combat ;
  • Depuis Mulhouse vers Genève, en Suisse, dans l’après-midi ;
  • Depuis Vesoul vers Clermont-Ferrand en soirée. 

On rappelle que le ministère des Armées est déjà mobilisé dans cette crise sanitaire. Ces derniers jours, les armées ont assuré plusieurs évacuations médicalisées par voies aérienne et maritime, et se sont également mobilisées dans le déploiement d’un hôpital de campagne (Elément militaire de réanimation), afin d'aider au mieux l’hôpital de Mulhouse, submergé par le nombre de personnes infectées, et placées en réanimation.

Face à cette crise du COVID-19, on a également appris que la Coalition ajuste son dispositif et suspend provisoirement la formation des forces de sécurité irakiennes. La France rapatrie jusqu’à nouvel ordre le personnel déployé dans ce cadre en Irak. Quelque 200 militaires de l’opération Chammal participaient principalement à la formation de l’armée irakienne.

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche