Coronavirus : avec le déconfinement, les médecins généralistes s'inquiètent d'un relâchement

Par Alexandre G. · Publié le 18 mai 2020 à 18h02 · Mis à jour le 18 mai 2020 à 19h09
Une semaine après le début officiel du déconfinement, les médecins généralistes appréhendent une hausse de la fréquentation de leurs cabinets, non sans craintes. Désormais en première ligne dans la guerre face au Covid-19, ils martèlent leur avertissement : attention au relâchement ! Entretien avec Gilles Rouet, médecin généraliste.

"Si la majorité des Français se relâche, on court à la catastrophe". Alors que la population peut à nouveau sortir le bout de son nez sans obligation de dégainer une attestation depuis lundi dernier et le top départ du confinement, la peur d'une nouvelle vague de contamination reste bien ancrée dans les esprits. Pour les médecins urgentistes comme maintenant pour les généralistes, la levée du confinement pourrait bien s'apparenter à l'ouverture de la boîte de Pandore. Gilles Rouet, médecin généraliste à Saint-Gratien dans le Val-d'Oise, nous confie ses projections, entre crainte et espoirs. 

Alors que certains demandent la réouverture des parcs et jardins, d'autres préfèrent miser sur la prudence. Aussi, comme l'a rappelé son confrère Jacques Battistoni, président de MG France - principal syndicat de la profession- dans les colonnes du Monde, il rappelle qu'il "ne faut pas cesser de faire des efforts dès la fin de la première semaine de déconfinement", étant donné que "le plus dur reste à venir" affirme-t-il. Pour lui, il s'agit de garder toujours en tête que "le combat contre le Covid-19 se joue sur le long terme", et que "le pire scénario que nous devons redouter, c'est le re-confinement". 

À partir du 11 mai, il a constaté non sans déception que "les gens ne mettent pas tous des masques", regrettant que "très peu de personnes prennent véritablement conscience du danger de ce virus". A l'image de nombreux autres confrères, il s'alarme que certains de ses patients arrivent à son cabinet "sans la moindre protection, avec même parfois le réflexe de me serrer la main !". Il milite lui aussi pour "un port systématique du masque, espaces publics ou non", afin de limiter la propagation du virus

Désormais, depuis ce mercredi 13 mai, s'ils décèlent un patient malade du Covid-19, les médecins généralistes doivent avertir l'Assurance maladie, en remplissant le fichier informatique "Contact Covid", à condition que le patient donne son aval. Aussi, le dernier bilan Santé Publique France indique que 2950 personnes ont consulté leur médecin généraliste entre le 4 et le 10 mai, contre environ 95 000 lors du pic enregistre du 23 au 29 mars. 

Boostez cet article en 1 clic
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche