Coronavirus : les enfants seraient de tout petits contaminateurs selon une nouvelle étude

Par Julie M. · Publié le 4 juin 2020 à 09h50 · Mis à jour le 5 juin 2020 à 11h15
Une nouvelle étude, menée par le professeur Robert Cohen, vice-président de la Société française de pédiatrie, tend à monter que, finalement, les enfants auraient une implication extrêmement faible dans la transmission du coronavirus. On fait le point sur les résultats de cette étude.

Robert Cohen, le vice-président de la Société française de pédiatrie a mené une étude, en Île-de-France par 27 pédiatres du 14 avril au 12 mai et portant sur 605 enfants. Les résultats de cette enquête tendent à monter que, contrairement à ce qu'on a pu penser jusqu'à maintenant, les enfants ne seraient finalement pas de contaminateurs silencieux, mais auraient un impact extrêmement limité sur la transmission de la covid-19. Selon Robert Cohen, les enfants, jusqu'à 15 ans, seraient en fait très peu contagieux.

L'étude menée par le professeur tend à montrer que les enfants ne transmettent pas le virus aux adultes. Il ajoute même que "dans neuf cas sur dix, ce sont les adultes malades qui contaminent les enfants et non l’inverse". Selon lui, "les tests sérologiques montrent que 10 % des enfants d’Île-de-France, la région la plus touchée, ont eu le coronavirus" ce qui laisse penser que les plus jeunes attrapent bien le virus, mais le transmettent peu.

Le professeur estime que, si la fermeture des écoles était nécessaire pour protéger non seulement les enfants, mais les "adultes qui gravitent autour d'eux", il prône un assouplissement du protocole sanitaire mis en place au moment de la réouverture, qu'il juge "inapplicable" et inhumain : "Ne pas consoler un enfant en le prenant dans ses bras ? Vous vous rendez compte, arriver à ce degré d’inhumanité".

Selon le pédiatre, la France devrait s'inspirer de son voisin hollandais "Ils disent d’abord de renforcer le lavage des mains, et tant mieux, car il a toujours été catastrophique." et d'ajouter "il faut que les enfants d’une même classe jouent à nouveau ensemble. Les règles doivent être moins strictes que pour les adultes puisqu’on sait qu’ils sont moins contagieux."

Concernant un éventuel risque de transmission du virus aux grands-parents, plus fragiles, le médecin explique que les enfants peuvent de nouveau passer du temps avec papi et mamie, "à certaines conditions comme ne pas être trop nombreux dans le salon et de limiter les câlins" et précise que "les enfants sont moins dangereux pour leurs grands-parents que leurs parents eux-mêmes".

Au sujet des raisons supposées de cette immunité, le professeur énumère plusieurs causes possibles. S'il semble qu'ils aient "moins récepteurs du virus sur leurs muqueuses nasales", "les enfants pourraient également être davantage protégés parce qu’ils ont déjà attrapé d’autres coronavirus : c’est l'immunité croisée".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche