Paris : une manifestation surprise et nocturne de policiers devant l'Arc de Triomphe

Par Caroline J. · Publié le 14 juin 2020 à 10h58 · Mis à jour le 14 juin 2020 à 11h04
Plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés ce 13 juin peu avant minuit devant l’Arc de Triomphe à Paris. Pour protester contre les récentes annonces de Christophe Castaner, ils ont, symboliquement, jeté à terre leurs menottes.

La colère des policiers ne faiblit pas. Le 8 juin dernier, lors de la présentation de son plan de lutte contre le racisme et les violences policières, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’était prononcé pour la suspension de fonctionnaires de police en cas "de soupçon avéré de racisme". Depuis, le ministre aurait reconnu, lors de ses rencontres avec les syndicats, "une connerie". Pour autant, la police n’en démord pas. Ils l’ont une nouvelle fois démontré ce samedi soir, peu avant minuit. Plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés devant l’Arc de Triomphe pour une manifestation surprise et nocturne, organisée par la BAC de nuit de la capitale.

Devant le mythique monument parisien, ils ont entonné la Marseillaise et jeté à terre leurs menottes, a fait savoir l’Agence France Presse. « Nous attendions du ministre un geste de soutien et on a l'impression qu'il lâche les forces de l'ordre », a confié à la presse un policier manifestant en tenue.

De son côté Yoann Maras, délégué syndical Alliance, également présent lors de cette mobilisation, a indiqué à Brut « Mes collègues se sont sentis lâchés, abandonnés par leur ministre de tutelle », avant d’ajouter « Si le président de la République ne réaffirme pas un soutien plein et entier à la police nationale (…), il va falloir s'attendre à ce que le mouvement prenne de l'ampleur avec des actions et manifestations de policiers ».

On rappelle que le Président Emmanuel Macron doit s’exprimer à la télévision ce 14 juin. Il devrait revenir sur la gestion de la crise sanitaire ainsi que les différentes mesures prises par l’exécutif, au niveau de la relance économique et sociale. Le chef de l'Etat devrait aussi aborder le climat social, la lutte contre le racisme et les violences policières. 

De son côté, le ministre de l’Intérieur ne s’est pas encore exprimé depuis cette nouvelle mobilisation de policiers à Paris.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche