Emmanuel Macron annonce la relocalisation de certaines productions de médicaments

Par Laurent P. · Publié le 16 juin 2020 à 15h01 · Mis à jour le 17 juin 2020 à 14h08
Emmanuel Macron a annoncé lors d'une visite à Marcy-l'Etoile sur le site de Sanofi, dans le Rhône, qu'à partir du 18 juin 2020, "une initiative de relocalisation de certaines productions" de médicaments serait lancée. L'objectif à long terme : ne plus être dépendant de l'importation extra-européenne, comme annoncé lors du lancement du Ségur de la Santé fin mai.

L'annonce est forte et marque un pas de plus dans l'engagement du Président pour sa réforme de la santé... Emmanuel Macron a annoncé mardi 16 juin 2020 lors d'une visite sur le site du géant pharmaceutique Sanofi, dans la ville de Marcy-l'Etoile dans le Rhône, lancer dès jeudi 18 juin "une initiative de relocalisation de certaines productions critiques" de médicaments, citant notamment la production de paracétamol, en France.

Une annonce dans la continuité de ce qu'avait déjà indiqué le Président de la République lors du lancement du Ségur de la santé, fin mai, sur la fin de la dépendance de la France aux marchés étrangers, en particulier dans l'importation de médicaments et de matériel médical. "Tout le monde a vu, durant cette crise, que certains médicaments usuels n'étaient plus produits en France et en Europe" a par ailleurs regretté Emmanuel Macron lors de sa prise de parole. Et de promettre que "l'on pourra, par exemple, pleinement reproduire, conditionner et distribuer du paracétamol en France".

Autre point évoqué lors de cette prise de parole, l'annonce d'une première enveloppe de 200 millions d'euros pour "financer des infrastructures de production pharmaceutique comme de recherche et développement", complétant ainsi l'investissement de 610 millions d'euros promis quelques minutes plus tôt par Paul Hudson, le directeur de Sanofi, "pour étendre les capacités de recherche et de production de vaccins de ses sites dans le Rhône" comme nous l'expliquent nos confrères de Francetvinfo. Et de conclure en expliquant que l'on "ne gagne aucune bataille économique si on ne croit pas dans l'industrie et dans la présence industrielle".

Un premier pas significatif et un engagement que le Président devra poursuivre en s'attaquant rapidement à la revalorisation des salaires et carrières du personnel médical, actuellement dans la rue pour manifester et rappeler au gouvernement ses promesses. Une journée de mobilisation qui se tient dans toute la France et qui pourrait se poursuivre dans les jours à venir.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche