Coronavirus : vers un allègement du protocole sanitaire dans les entreprises ?

Par Caroline J. · Publié le 23 juin 2020 à 09h32 · Mis à jour le 25 juin 2020 à 16h34
Le gouvernement va-t-il alléger le protocole sanitaire dans les entreprises françaises ? Selon le journal Les Échos, le ministère du Travail devrait prochainement faire une annonce en ce sens. La fameuse règle du "4 m² par salarié" pourrait notamment être abandonnée laissant place à une distanciation d’un mètre entre chaque collaborateur.

Accélérer le retour au travail. C’est l’objectif que se fixerait le ministère du Travail en allégeant le protocole sanitaire dans les entreprises. Selon Les Échos, le ministère se préparerait à faire quelques annonces qui mettraient ainsi fin à certaines mesures ; des mesures qui, aujourd’hui, ne facilitent pas le retour des salariés dans les entreprises.

Selon le quotidien économique, la fameuse règle des "4 m² par salarié", limitant le nombre de salariés sur place, serait abandonnée et remplacée par une nouvelle mesure indiquant que "chaque collaborateur doit pouvoir disposer d’un espace lui permettant de respecter la règle de distanciation physique d’au moins un mètre par rapport à toute autre personne".

Concernant le port du masque, il ne serait obligatoire que "lorsque la distance d'un mètre entre les personnes n'est pas effective ou est susceptible de ne plus l'être".

Toujours selon Les Échos, ce nouveau texte détaille que "le télétravail ne constitue plus la norme à privilégier, sauf pour les travailleurs à risque de forme grave de Covid-19, et à leur demande".

Ce nouveau protocole sanitaire devrait être dévoilé par la ministre du Travail Muriel Pénicaud cette semaine, d’après les infos du journal économique.

Le 18 juin dernier, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) avait demandé l’abandon des protocoles sanitaires mis en place dans les entreprises "au plus tard" le 10 juillet. Invité sur BFM Business ce 23 juin, le président de la CPME François Asselin est revenu sur certaines mesures de ce nouveau projet et notamment sur celle demandant aux entreprises de nommer un «référent Covid». "Dans les entreprises de moins de dix salariés, ça peut être le chef d'entreprise, au-delà il faut un référent Covid dont la mission sera d'informer, de vérifier que les mesures ont bien été expliquées aux salariés, affichées dans l'entreprise", a-t-il confié. «Une obligation supplémentaire» qui ne séduit pas le président de la CPME.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche