Glyphosate : Bayer va payer 10 milliards de dollars à 125 000 victimes américaines du Roundup

Par Caroline J. · Publié le 25 juin 2020 à 10h12 · Mis à jour le 25 juin 2020 à 10h18
Bayer, qui a racheté Monsanto à l’été 2018, a finalement accepté de payer la somme de 10 milliards de dollars afin de mettre un terme aux très nombreuses procédures lancées par des plaignants américains. Près de 125 000 d’entre eux accusent le pesticide à base de glyphosate Roundup, commercialisé par la filiale Monsanto, d'avoir causé le cancer dont ils souffrent. Suite à cette décision, l’avocate spécialisée dans le droit de l'environnement et ancienne ministre Corinne Lepage a souligné, sur France Info, un "précédent assez génial" pour les victimes françaises.

Le géant allemand de la chimie Bayer ne pensait certainement pas à ce futur accord en rachetant Monsanto il y a deux ans de cela.
Afin de solder les nombreuses procédures lancées par près de 125 000 Américains, Bayer a fait savoir, le 24 juin, qu’il versera finalement entre 10,1 et 10,9 milliards de dollars (soit entre 8,9 et 9,6 milliards d’euros) aux Américains qui accusent Roundup, le fameux pesticide à base de glyphosate produit par Monsanto, d’avoir causé le cancer dont ils souffrent.

Bayer "effectuera un paiement entre 8,8 milliards de dollars et 9,6 milliards de dollars, pour résoudre le litige Roundup en cours, incluant une allocation destinée à couvrir les cas non résolus, et 1,25 milliards de dollars pour soutenir un 'accord de classe' distinct afin de résoudre d'éventuels litiges futurs" a indiqué Bayer via un communiqué qui précise toutefois que ces accords conclus "ne contiennent aucune reconnaissance de responsabilité ou de faute".

Comme le souligne sur Twitter l’association Attac, qui milite contre les pesticides, le géant Bayer « continue de commercialiser le Roundup ainsi que d’autres produits à base de glyphosate Monsanto et de nier leur caractère cancérigène ».

Bayer explique que cet accord "mettra un terme à environ 75% des litiges" impliquant le Roundup, "qui concernent environ 125 000 plaintes au total", qu'elles aient ou non été enregistrées par les tribunaux.

"Ce règlement est important pour nos clients, car il s'agit d'une bataille longue et ardue et il rend justice à nos clients", a pour sa part réagi Jennifer Moore, une avocate de victimes.

De son côté, Corinne Lepage s’est exprimée sur France Info le 25 juin. L’avocate spécialisée dans le droit de l'environnement et ancienne ministre confie que cette indemnisation ouvre "une boîte de Pandore, parce qu’il y a des victimes dans le monde entier".

"10 milliards c'est une somme astronomique, je ne pense pas qu'il y ait des précédents, a rajouté Corinne Lepage avant de conclure : Il n'y a certainement pas de reconnaissance de responsabilité en tant que telle. Mais quand vous acceptez de payer 10 milliards pour indemniser 100 000 victimes, c'est colossal".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche