Covid-19 : masque, télétravail... vers de nouvelles règles sanitaires dans les entreprises fin août

Par Caroline J. · Publié le 17 août 2020 à 10h52 · Mis à jour le 17 août 2020 à 10h57
Les règles sanitaires vont évoluer dans les entreprises « d’ici à la fin août ». C’est ce qu’a annoncé la ministre du Travail, Élisabeth Borne, dans un entretien au Journal du Dimanche paru le 16 août.

Alors que le gouvernement doit encore rencontrer les syndicats et le patronat le 18 août pour discuter d'une évolution du protocole de déconfinement dans les entreprise, la ministre Élisabeth Borne a indiqué, à nos confrères du Journal du Dimanche, que les règles sanitaires au travail allaient évoluer « d’ici à la fin août ».

« Nous présenterons mardi aux partenaires sociaux les premières évolutions que nous proposons d’introduire », a fait savoir la ministre du Travail au JDD le 16 août, précisant que ces décisions devront être prises « dans les jours qui viennent, pour que les nouvelles règles puissent s’appliquer d’ici à la fin août ». 

Mais alors, à quoi faut-il s’attendre dans les semaines à venir dans les entreprises ? Le port du masque est évidemment un point important. À ce sujet, Élisabeth Borne annonce que « le port obligatoire du masque » sera préconisé « dans les salles de réunion où il n’y a pas d’aération naturelle (et) les espaces de circulation », mais pas forcément dans les bureaux individuels où « il n’est sans doute pas nécessaire », précise-t-elle. 

Par ailleurs, la ministre explique que le télétravail « reste recommandé » avant d'ajouter qu'« il faut le mettre en place chaque fois que c’est possible dans les zones de circulation active du virus».

Concernant les fameux et problématiques « open spaces » et l’efficacité des vitres de plexiglas qui permettraient de protéger les salariés, la ministre compte saisir le Haut conseil de santé publique.

Toujours dans cet entretien, la ministre confie ne pas avoir « de raison pour remettre en cause la règle actuelle de distanciation ». La règle d’un mètre carré pour chaque salarié serait donc toujours de mise.

La ministre du Travail a par ailleurs admis que la crise du coronavirus « se traduit par plus de plans sociaux », avec « 275 plans de sauvegarde de l’emploi enclenchés depuis début mars ».

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche