La chasse à la glu interdite cette année par Emmanuel Macron

Par Elodie D. · Publié le 27 août 2020 à 16h57 · Mis à jour le 27 août 2020 à 17h00
La chasse à la glu va être interdite cette année, vient d'annoncer l'Elysée ce jeudi 27 août. Cette décision arrive au lendemain d'une rencontre entre Emmanuel Macron et le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) Willy Schraen, en présence de la ministre de la transition écologique Barbara Pompili.

La chasse à la glu est au cœur des préoccupations des écologistes en France. La pratique, interdite dans toute l’Europe, est autorisée dans cinq départements du sud de la France à titre dérogatoire. Considérée comme « cruelle et inutile » selon la Ligue de Protection des Oiseaux, la chasse à la glu consiste à capturer des grives et les merles avec de la glu, principalement étalée sur des baguettes ou des branches d’arbres.

Les oiseaux, coincés, sont ensuite placés dans des cages. L’objectif est ainsi de servir d’appât pour d’autres oiseaux, qui sont, eux, fusillés. Le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), Willy Schraen, explique que les oiseaux capturés aux gluaux ne sont pas tués, mais relâchés à la fin de la saison. Un argument peu satisfaisant pour Yves Verhilhac, directeur général de la LPO, qui affirme que « les oiseaux appelants sont enfermés pendant des mois dans le noir ».

Emmanuel Macron a pris cette décision ce mercredi 26 août après avoir reçu le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen, en présence de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. Depuis plusieurs semaines déjà, la ministre de la Transition écologique a exprimé sa volonté d’interdire la chasse à la glu suite à la demande de la Commission européenne, qui a laissé à la France jusqu'à octobre pour « réexaminer ses méthodes de capture d’oiseaux » sans quoi elle pourra saisir la Cour de justice de l’Union européenne.

En effet, la France avait été mise en demeure par la Commission européenne pour infraction à la Directive Oiseaux sur la protection d’espèces menacées le 25 juillet 2019. Dans son avis, Bruxelles avait rappelé que « La France a autorisé plusieurs méthodes de capture d’oiseaux, comme la colle pour les grives et les filets et pièges pour les alouettes et les pigeons, qui ne sont pas des méthodes sélectives et sont interdites par la directive 2009/147 (la directive “Oiseaux”)». Selon cette dernière : «Les États membres peuvent déroger à certaines dispositions de la directive, mais seulement à certaines conditions strictes, qui ne sont pas remplies en l’espèce, notamment parce que la plupart des espèces capturées ne présentent pas un bon état de conservation. »

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche