Automobile : les aides à l'achat prolongées par le gouvernement, les commandes en chute libre

Par Alexandre G. · Publié le 6 novembre 2020 à 14h49 · Mis à jour le 6 novembre 2020 à 14h52
Les constructeurs restent optimistes, mais les nouvelles commandes sont en baisse d'au moins 70% depuis le reconfinement. Pour maintenir l'industrie automobile à flot, le ministère de l'Économie prolonge de six mois les aides à l'achat de voitures neuves.

L'automobile à nouveau en panne dans l'Hexagone. Au mois d'août, le marché de l'automobile en France recule encore, avec une baisse des nouvelles commandes de 70% à 90%, à en croire les chiffres dévoilés par le gouvernement ce vendredi 6 novembre 2020. 

Ainsi, l'exécutif annonce prolonger de six mois les aides à l'achat de voiture neuve, dans le but de soutenir la filière automobile, à l'agonie depuis l'arrivée de la crise sanitaire. "Pour tenir compte des perturbations engendrées sur les ventes de véhicules, les barèmes seront prolongés jusqu'au 30 juin 2021 pour renforcer le soutien au verdissement du parc dans un contexte de la crise sanitaire", précise un communiqué conjointement signé par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, le ministre des Finances Bruno Le Maire et la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher. 

Concrètement, le barème du bonus devait être revu à la baisse au 1er janvier 2021. Avec cette annonce, on sait qu'il ne sera pas modifié avant au moins le 1er juillet de la même année. La prime à la conversion, elle aussi, est prolongée. 

Première conséquence de l'épidémie de Covid-19 : la redistribution des cartes sur la mobilité. Pour expliquer cette chute, les industriels mettent en avant les problèmes techniques rencontrés pendant l'été. Des constructeurs français qui préfèrent rester optimistes et mettent en avant les bons chiffres du début du confinement. 

Et pour cause : juste après le difficile mois de mai, les livraisons ont pu reprendre ce qui a engendré un regain de forme de 1,2% en juin, et de 3,9% en juillet. Deux mois d'éclaircies, qui n'ont pas suffi à éteindre les inconnues qui planent au-dessus de la tête des constructeurs français. Concrètement, le groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) s'en tire mieux que les autres, avec une baisse de seulement 8,4% sur le mois d'août, essentiellement grâce au succès de Peugeot.

Pour Renault (Dacia, Alpine), la baisse est plus importante, puisque 20% des ventes ont chuté. Ces chiffres ont été publiés ce mardi 1er septembre par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Sauf que le reconfinement aurait mis un nouveau coup de massue fatal derrière la tête des salariés et des patrons de la filière. 

Rien que sur le mois d'août, les gros constructeurs français ont mis en circulation sur les routes un peu plus de 103 600 voitures. Forcément, il faut un petit temps d'adaptation afin que le marché de l'automobile tricolore se relève de la crise engendrée par le Covid-19, et le gel de l'activité pendant plusieurs mois. Chez les voisins allemands, même constat avec le groupe Volkswagen, qui a baissé ses ventes de 35% dans l'Hexagone. De quoi rassurer les constructeurs français. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche