Couvre-feu : les modalités et les nouvelles mesures détaillées par le gouvernement Castex

Par Alexandre G., Caroline J. · Publié le 15 octobre 2020 à 18h09 · Mis à jour le 15 octobre 2020 à 18h09
Suite à l’interview télévisée d’Emmanuel Macron le 14 octobre, Jean Castex a tenu une conférence de presse ce jeudi 15 octobre 2020 à 14h afin de détailler les modalités d’application du couvre-feu ainsi que les nouvelles mesures économiques. Le chef du gouvernement était accompagné d'Olivier Véran, ministre de la Santé, Bruno Le Maire, chargé de l'Economie et des Finances, et Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, ainsi qu'Elisabeth Borne, ministre du Travail.

Hier soir, le président de la République Emmanuel Macron annonçait ce que beaucoup redoutaient : la mise en place d’un couvre-feu de 21h à 6h du matin, en Île-de-France ainsi que dans 8 métropoles de l'hexagone. Objectif ? Freiner la propagation du Coronavirus dans les zones les plus touchées par le virus. Ce couvre-feu entrera en vigueur dès ce samedi 17 octobre et le restera pour une durée minimum de 4 semaines.

Mais alors, comment se déroule exactement ce couvre-feu nocturne ? Si des dérogations sont possibles et doivent être justifiées par des attestations, le gouvernement en a dit davantage ce jeudi 15 octobre 2020. Le Premier ministre Jean Castex a en effet détaillé les nouvelles mesures économiques ainsi que les modalités d’application de ce couvre-feu en début d’après-midi, et plus exactement à 14h. Lors de cette nouvelle conférence de presse, le chef de l’exécutif n'était pas tout seul, entouré des ministres de la Santé, Olivier Véran, de l'Intérieur, Gérald Darmanin, de l'Économie, Bruno Le Maire, et du Travail, Élisabeth Borne.

Couvre-feu de 21h à 6h, les modalités et dérogations possibles 

Le couvre-feu oblige chaque personne dans les zones concernées à être chez soi à partir de 21h. Le Premier ministre a précisé que "tous les commerces ou services publics recevant du public seront fermés". Les déplacements autorisés sont pour motif "de santé, pour aller à l'hôpital ou aller acheter des médicaments dans une pharmacie de garde", ou pour "des raisons professionnelles, si on travaille de nuit ou que votre travail ne permet pas d'être chez vous à 21h". Aussi, si on a "un train ou un avion qui arrive ou part après 21h, il faudra pouvoir montrer votre billet". Même dérogation "si vous devez vous rendre auprès d'un proche en situation de dépendance, pour sortir votre animal de compagnie près de chez vous, comme pendant la période de confinement". 

Attestation de déplacement obligatoire à partir du samedi 17 octobre 2020 

En ce qui concerne l'attestation de déplacement dans les zones de couvre-feu, le Premier ministre a confirmé qu'elle devenait obligatoire à partir du samedi 17 octobre, 00h00. Tous les déplacements nocturnes effectués entre 21h et 6h du matin devront être justifiés dans les zones concernées, sous peine d'une amende de 135 euros. Les urgences sanitaires, les impératifs professionnels ou encore sortir son chien près de chez soi sont des dérogations autorisées. Il faudra cependant présenter en permanence cette attestation, comme nous l'avons connu pendant le confinement. 

Les fêtes privées, les mariages et les soirées étudiantes interdits sur tout le territoire

Comme la France passe en état d'urgence sanitaire à partir de samedi, "des mesures générales s'appliqueront partout". Ainsi, "toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes qui se tiennent dans ds fêtes, des salles polyvalentes ou tout autre ERP seront interdits". En ce sens, "tous les restaurants de France appliqueront la limite de six clients par table et l'enregistrement du nom des clients". 

Renforcement du télétravail et des dispositifs pour les entreprises 

Ensuite, la ministre du Travail Élisabeth Borne s'est exprimée au sujet du télétravail. Désormais, les entreprises devront "fixer un nombre de jours minimal de télétravail par semaine pour les postes qui le permettent et également d'étaler les horaires d'arrivée". Aussi, la ministre a préconisé "deux à trois jours de télétravail par semaine" dans les entreprises où cela est possible. L'idée est de "réduire un peu la pression collective". Des dispositifs qui seront "négocié dans les branches et au plus près dans l'entreprise", comme l'avait souligné le chef de l'État. 

Des nouvelles aides à destination des entreprises, PGE accessibles jusqu'en juin 2021

En ce qui concerne l'ensemble des acteurs économiques touchés par les mesures de couvre-feu, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire précisé les aides prévues par le gouvernement. Le fonds de solidarité est élargi à "toutes les entreprises de moins de 50 salariés dans les zones de couvre-feu et qui ont perdu 50% de leur chiffre d'affaires par rapport à 2019 pourront bénéficier d'une aide allant jusqu'à 500 euros, pendant toute la durée du couvre-feu". Les secteurs comme l'hôtellerie, la restauration, les cafés, la culture, l'évènementiel et le sport pourront bénéficier de cette aide "dès lors qu'ils subissent une perte de chiffre d'affaires non plus de 70, mais de 50%". Les prêts garantis par l'État resteront accessibles "jusqu'au 30 juin 2021". "C'est donc une prolongation de six mois", a-t-il affirmé. 

Chômage partiel étendu et prolongé à 100% jusqu'au 31 décembre 2020 pour tous les secteurs touchés 

Le gouvernement confirme la prolongation du chômage partiel à 100% jusqu'au 31 décembre 2020. Nouveauté : son extension à "tous les secteurs concernés par le couvre-feu (restaurants, cinéma, tourisme)". Ce sont surtout les entreprises des secteurs S1 et S1 bis qui sont concernées par ces prolongements. Les parents peuvent bénéficier du dispositif en cas de fermeture d'école, sur présentation d'un justificatif. 

Une prime de 150 euros aux bénéficiaires du RSA et des APL, 100 euros supplémentaires par enfant 

Le Premier ministre a réaffirmé l'importance du dispositif "un jeune, une solution" présenté dès le mois de juillet. En ce sens, il a rajouté qu'une "prime de 150 euros sera versée à chaque personne bénéficiant du RSA, de l'allocation de solidarité et des aides au logement". À cela, "s'ajouteront 100 euros supplémentaires par enfant". Des aides qui seront versées "avant la fin de l'année" souligne-t-il, et qui "concernera 4 100 000 foyers".

La stratégie des tests antigéniques, les délais réduits "drastiquement"

Au sujet des tests, le ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé que l'exécutif disposait aujourd'hui de "toutes les recommandations de la Haute Autorité de santé pour permettre prochainement aux hôpitaux, mais aussi aux médecins libéraux, aux pharmaciens d'officine, aux infirmiers libéraux d’acquérir les tests antigéniques". 

Deuxième hausse des salaires pour les soignants avancée avant la fin de l'année 

Le Premier ministre s'est aussi exprimé sur le Ségur de la Santé, discuté entre les soignants et l'Etat. Concernant la deuxième hausse des salaires prévue pour les soignants, le chef du gouvernement a annoncé qu'elle sera finalement avancée "avant la fin de l'année". À propos des congés payés, les personnels soignants recevront une "indemnité compensatrice" de 110 à 200 euros brut par jour" souligne-t-il. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche