Coronavirus : les hôpitaux bientôt à saturation selon le professeur Étienne Gayat

Par Laurent P. · Publié le 23 octobre 2020 à 15h23 · Mis à jour le 23 octobre 2020 à 15h24
Invité chez nos confrères de LCI, le professeur Étienne Gayat, qui est intervenu jeudi 22 octobre aux côtés du Premier ministre lors d'un point presse, est revenu sur les annonces de Jean Castex et sur la saturation qui guette les hôpitaux dans peu de temps.

Peu de temps pour faire face au coronavirus avant la saturation des hôpitaux... Une inquiétude qu'a évoquée le professeur Étienne Gayat, directeur de la cellule de crise à l'hôpital Lariboisière et anesthésiste-réanimateur, chez nos confrères de LCI ce vendredi 23 octobre 2020, après une intervention remarquée la veille, jeudi 22 octobre, auprès du Premier ministre Jean Castex lors d'un point presse hebdomadaire. Il reste donc peu de temps "avant la saturation du système de santé pour limiter la circulation du virus et donc faire baisser le nombre de contaminations", selon le professeur qui précise également que "pour faire face à l'accueil de ces patients, on commence à déprogrammer certaines activités et ce peut être impactant pour les patients non-Covid". Et de poursuivre : "Les contaminations d'aujourd'hui vont amener à des hospitalisations dans les 10 à 15 jours qui suivent".

Un médecin inquiet également "parce qu'on ne voit pas arriver ce moment où les indicateurs baissent. Pour l'instant, ils ne font qu'augmenter", explique-t-il. Une responsabilité qui incombe à tous : "La responsabilité de limiter la circulation du virus, elle est collective [...] Les gens ne se rendent pas compte de ce qui se passe", souligne-t-il, tout en s'alarmant sur l'irresponsabilité de certains compatriotes : "quand de 18h à 21h, on circule dans les rues de Paris et qu'on voit des bars plein de gens très proches et sans masques, on se dit que la responsabilité collective n'est pas prise. Oui, c'est irresponsable", rétorque-t-il.

Un professeur inquiet, mais confiant quant aux décisions gouvernementales au sujet du couvre-feu : "dans une semaine, on commencera à voir les effets", indique-t-il. Et de poursuivre en rappelant que "les mesures de confinement de la première vague ont porté leurs fruits au bout de 15 jours". L'idéal, ce serait de "trouver le juste milieu entre tout arrêter et laisser le virus circuler", conclut-il. Ne reste plus qu'à attendre un premier bilan pour voir si les mesures prises ont été efficaces.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche