Coronavirus : le casse-tête des cantines dans les lycées avec les nouvelles mesures sanitaires

Par Laurent P. · Publié le 3 novembre 2020 à 12h23 · Mis à jour le 3 novembre 2020 à 12h24
Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, a indiqué que les cantines des lycées ne pourraient pas forcément accueillir tous les demi-pensionnaires en raison du nouveau protocole sanitaire contre le coronavirus désormais en place.

La cantine scolaire, un véritable casse-tête pour les lycées d'Île-de-France dans la lutte contre le coronavirus... Invitée ce mardi 3 novembre au matin chez nos confrères d'Europe 1, Valérie Pécresse, la Présidente de la Région Île-de-France, a soulevé un problème de taille concernant la mise en place des nouveaux protocoles sanitaires dans les cantines des lycées, avec un nombre de places forcément limité et une partie des demi-pensionnaires qui sera forcément sur la touche.

L'élu a ainsi souligné que "60% des cantines ne pourraient pas, avec trois services comme aujourd'hui, accepter l'ensemble des enfants en respectant le protocole", indiquant également qu'il faudra "qu'on adapte les procédures, qu'on fasse quatre services" pour le déjeuner. Et d'ajouter qu'elle avait également fait "une demande au ministère de l'Éducation" pour adapter les emplois du temps des établissements concernés, "parce que les élèves ne vont pas choisir entre déjeuner ou étudier".

Mais ces mesures pourraient être insuffisantes : "il restera un tiers des lycées dans lesquels on sera obligé de faire des demi-jauges de cantine avec des plateaux-repas froids un jour sur deux", poursuit la Présidente de région, tout en lançant un appel à l'indulgence du corps enseignants et des parents d'élèves.

Un nouveau protocole sanitaire qui doit être opérationnel dès le 9 novembre prochain. Celui-ci prévoit notamment la mise en place d'une distanciation par table d'un mètre entre chaque élève et, si la distanciation n'est pas possible, de "faire déjeuner les élèves d’un même groupe (classe, groupes de classe ou niveau) ensemble et, dans la mesure du possible, toujours à la même table", comme l'explique le ministère de l'Éducation nationale.

Ce protocole prévoit également "un renforcement du nettoyage et de la désinfection des classes", comme l'expliquent nos confrères de CNEWS. Malgré le manque de personnel dans les lycées franciliens, "Nous allons faire un effort colossal, car nous allons recruter plus de 240 personnes pour nettoyer les établissements en plus", a indiqué Valérie Pécresse. Ne reste plus qu'à mettre en place ce protocole et le roder d'ici le 9 novembre.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche