Radars de contrôle : Les maires bientôt autorisés à en installer sans l'accord du préfet ?

Par Alexandre G. · Publié le 10 novembre 2020 à 14h10 · Mis à jour le 10 novembre 2020 à 14h10
Le ministre de l'Intérieur souhaite que les collectivités locales puissent installer des radars fixes sur les routes, "là où elles les estiment utiles". Ainsi, les maires seraient autorisés à se passer de l'accord du préfet pour mettre en place ces dispositifs de contrôle, dans le but de résoudre les problèmes de nuisance sonore voir même de pollution. Une mesure intégrée à la proposition de loi "sécurité globale" débattue à la mi-novembre à l'Assemblée nationale.

Des radars, partout sur les routes de France ? C'est l'une des issues possibles avancées pas le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Dans un entretien accordé à nos confrères d’Ouest France le 4 novembre, le ministre polémique soutient une proposition de loi autorisant les maires de chaque commune à installer des radars automatiques sur leur territoire. Si elle est adoptée, les collectivités locales pourront ainsi se passer de l'accord du préfet. Et multiplier ces installations de contrôle qui visent à renforcer la sécurité routière. 

Concrètement, ce projet de loi serait intégré dans le grand chantier actuel du gouvernement : la loi de "sécurité globale", qui doit être discutée à partir du 17 novembre 2020 à l'Assemblée nationale. Selon le locataire de la place Beauvau, cette mesure doit permettre aux "collectivités, en lien avec les habitants", de "mettre des radars de vitesse, de contrôle du bruit ou de la pollution là où elles les estiment utiles" souligne-t-il. 

En effet, les nuisances sonores, la pollution et le niveau de danger sur les routes pourraient ainsi être gérés à une échelle microlocale, plutôt qu'à l'échelle du département ou de la région. De quoi répondre plus facilement et surtout rapidement aux attentes des habitants. Pourtant, ce projet de loi implique également une éventuelle multiplication du nombre de radars sur les bords des routes. Sans qu'aucun freinage ne puisse plus interférer. 

Autre problématique liée à la mise en place de ces nouveaux radars : le coût. Forcément, les radars installés seront désormais à la seule charge des communes. Dans un précédent rapport parlementaire publié en 2014, les parlementaires constataient le coût exorbitant de chaque dispositif : entre 90 000 et 165 000 euros ! Un montant qui équivaut dans bon nombre de cas -les communes les plus petites- à l'intégralité du budget. Aussi, les maires favorables à l'instauration de cette mesure espèrent encore obtenir des subventions pour les installer. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche