Covid-19 : le groupe Printemps annonce la fermeture de 7 magasins en France, 450 postes menacés

Par Caroline J. · Photos par Laurent P. · Publié le 11 novembre 2020 à 08h52 · Mis à jour le 11 novembre 2020 à 09h10
Le groupe Printemps est dans la tourmente. Lors d'un comité social et économique extraordinaire qui s’est tenu le 10 novembre, l’entreprise a annoncé vouloir fermer 7 magasins en France. 450 postes seraient menacés.

La crise du Coronavirus continue d’avoir de graves conséquences économiques. Alors que plusieurs enseignes textiles ont déjà déposé le bilan, dont La Halle, Naf Naf, ou encore Camaïeu, l'entreprise américaine Gap pourrait de son côté fermer l’ensemble de ses boutiques sur le Vieux Continent d'ici le mois de juillet 2021.

Le 10 novembre, on a appris que le groupe Printemps pourrait fermer 7 magasins en France ; ce qui représenterait la suppression de 450 postes. C’est ce qu’ont indiqué la CGT et la CFDT suite à un comité social et économique extraordinaire organisé hier. "On a eu un CSE ce matin, 450 emplois sont concernés par un Plan de sauvetage de l'emploi, dont 330 dans les magasins Printemps et 120 chez Citadium", a rapporté à l'AFP Jean-Jacques Liebert, délégué syndical central CGT. Un chiffre confirmé par la suite par la CFDT.

Toujours d’après l’Agence France Presse, le magasin Printemps situé Place d’Italie à Paris serait concerné par cette annonce, tout comme les magasins du Havre, de Strasbourg et de Metz, ainsi que trois enseignes Citadium, à Paris (Champs-Élysées et Nation) et à Toulon.

Selon le groupe Printemps, "les fermetures de magasins pourraient s'étaler jusqu'en janvier 2022", et "428 postes pourraient être concernés" sur un total de 3 000.

Suite à cette annonce, l’entreprise a tenté de se justifier. "Pour arrêter les pertes, s'adapter aux exigences de marché et assurer sa pérennité sur le long terme", le groupe s’est dit "dans l'obligation de transformer son modèle". L’enseigne compte par ailleurs investir 40 millions d'euros par an "sur les deux à trois prochaines années". Objectif ? "Renforcer la différenciation de son offre, "redévelopper son socle de clientèle" mais aussi mettre l’accent sur la vente en ligne.

Directement touché par la crise du Covid-19, le groupe Printemps précise avoir également été impacté par "la succession de crises conjoncturelles (attentats, manifestations des gilets jaunes, grèves)".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche