Covid : le protocole dans les cinémas et théâtres détaillé pour leur réouverture

Par Laurent P., Caroline J., Julie M. · Photos par Charlene S. · Publié le 26 novembre 2020 à 12h12 · Mis à jour le 26 novembre 2020 à 13h02
Quel est le protocole sanitaire en place dès le 15 décembre dans les cinémas, théâtres et salles de spectacle ? La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a détaillé les mesures et modalités des ces réouvertures lors d'une conférence de presse ce jeudi 26 novembre 2020. Une prise de parole qui fait suite à l'allocution télévisée du Président de la République, Emmanuel Macron, qui s'est tenue quelques jours plus tôt, mardi 24 novembre.

Après plusieurs semaines de reconfinement, tous les regards sont tournés vers Emmanuel Macron. Le chef de l’État s’exprimait  mardi 24 novembre au soir pour évoquer les conditions d’un déconfinement progressif. Les commerces « non essentiels » vont pouvoir rouvrir dès le 28 novembre, mais d’autres professionnels sont encore dans l’attente, comme les restaurateurs, les théâtres, les salles de sport ou encore les cinémas. Une attente désormais révolue puisque le Président de la République a apporté quelques précisions sur les dates et les modalités de réouverture.

Concernant les théâtres, cinémas et salles de spectacle, ceux-ci vont donc pouvoir rouvrir sous certaines conditions (moins de 5000 contaminations par jour, entre autres), et en respectant un protocole sanitaire stricte détaillé par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot ce jeudi 26 novembre 2020, lors d'une conférence de presse. 

Beaucoup de théâtressalles de cinéma ou de spectacle espéraient pouvoir rouvrir leurs portes au public à cette période... C’est en tout cas ce qu'indiquait le responsable de leur fédération à l’AFP vendredi 20 novembre. Comme l'a rappelé ce même jour Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), des discussions étaient en cours, avec notamment le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC) et le ministère de la Culture.

« Mais si on ne peut pas faire de séance le soir, au moins autour de 20 h, on ne pourra pas rouvrir », a-t-il souligné. Les professionnels du secteur souhaitaient en effet pouvoir organiser au moins une séance le soir, en cas de nouveau couvre-feu. « Il faut des conditions d’activité praticables : soit un couvre-feu autour de 22 h, soit pas de couvre-feu, soit une attestation permettant d’assister à la séance du soir » et de rentrer chez soi, a-t-il ajouté. 

Des séances qui vont pouvoir se maintenir, puisqu'Emmanuel Macron a également annoncé un couvre-feu de 21h à 7h du matin, ainsi que la mise en place d'un horodatage en fin de journée pour permettre aux spectateurs de rentrer. Concernant le protocole sanitaire évoquée par la ministre, il s'agira de celui mis en place lors d'un premier couvre-feu de la mi-octobre, juste avant le reconfinement. Port du masque, groupe de six personnes maximum, distanciation physique, mise à disposition de gel hydroalcoolique... Des règles qu'il va falloir de nouveau respecter dans ces lieux dès le 15 décembre avec, pour les spectacles se terminant à 21h, une tolérance permise pour rentrer chez soi. Pour justifier ce déplacement après 21h, il faudra simplement, en plus d'une attestation, présenter son billet de spectacle.

Comme pour de nombreux autres secteurs, décembre est un mois important pour l’industrie du cinéma ; plusieurs sorties de films très attendus sont prévues, dont le blockbuster américain, « Wonder Woman 1984 ». 

Avec l’entrée en vigueur du reconfinement, les salles de cinéma ont brutalement dû fermer leurs portes. Dès lors, plusieurs films n’ont pas pu être projetés au cinéma, comme « Sous les étoiles de Paris », « ADN » ou encore « Garçon Chiffon ». D'autres, comme « Aline », le nouveau film de Valérie Lemercier, devaient sortir le 11 novembre, soit en plein confinement.

De son côté, Benoit Lavigne, le directeur des théâtres du Lucernaire et de l'Oeuvre a adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron dans laquelle il clame "La culture se meurt. Elle est à l'agonie" arguant qu'il y a, à ce jour, "800.000 salariés et intermittents du spectacle à l'arrêt, dans l'incertitude et dans l'attente".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche