Aides aux restaurateurs : après la réouverture, "le soutien se poursuivra" confirme Gabriel Attal

Par Alexandre G. · Publié le 8 mars 2021 à 11h57 · Mis à jour le 8 mars 2021 à 11h57
Alors que les restaurateurs maintiennent les portes de leurs établissements fermés en raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives, le porte-parole du gouvernement a indiqué ce dimanche 7 mars que les aides ne seront pas coupées "brutalement" après la réouverture. Le dispositif se poursuivra "de façon adaptée" explique Attal.

Les restaurateurs pourront toujours percevoir les aides de l'État même après leur réouverture. C'est en tout cas ce que confirme le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, dans un entretien accordé au Parisien ce dimanche 7 mars 2021. 

Concrètement, le jeune porte-voix de l'exécutif a affirmé que "ça n'aurait aucun sens de couper le robinet d'un coup" juste après la réouverture des établissements, et que "ce ne serait pas juste et ce ne serait pas efficace" de stopper les aides de l'État juste après. Ainsi, il a promis que "le soutien se poursuivra de façon adaptée". Interrogé quant à une éventuelle date de réouverture, le secrétaire d'État n'a pas été en mesure d'apporter une réponse. 

Ce samedi 28 novembre 2020, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire confirmait également l'élargissement du plafond du fonds de solidarité, jusqu'à 200 000 euros par mois. Le patron de Bercy était en déplacement à Reims, dans la Marne, et a souhaité envoyé un message de soutien, notamment pour les restaurateurs

Depuis le deuxième épisode de confinement, les restaurants et les bars sont toujours fermés. Ces établissements ne sont pas concernés par la première phase de l'allègement du confinement. Les commerces peuvent eux rouvrir. C'est d'ailleurs pour ça que le ministre rappelle que le restaurateur "aura le droit à l'exonération totale de charges, au chômage partiel indemnisé à 100%, et à un prêt garanti par l'État qu'il peut rembourser s'il le souhaite à partir du 31 mars 2022", explique-t-il. Aussi, il se félicite du fait que "tout ça le couvre de manière très significative".  

Dans le même temps, Bruno Le Maire a eu un mot pour "les plus grands restaurants", selon lui "ceux qui étaient laissés de côté". "Le président de la République a été très clair, vous pouvez avoir 200, 300, 400 ou 1000 salariés, vous pouvez bénéficier de ce fonds de solidarité", conclut-il. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche