Congés, RTT, jours fériés : les jours de repos des salariés sont-ils menacés en 2021 ?

Par Cécile D. · Publié le 11 décembre 2020 à 16h13 · Mis à jour le 11 décembre 2020 à 16h13
Le gouvernement nous met en garde : cette crise sanitaire et économique peut nous obliger à travailler plus dans l'année qui vient, pour combler les déficits. Les salariés vont-ils devoir abandonner des jours de congés, de RTT ou des jours fériés pour travailler ?

Économie à l'arrêt, entreprises et magasins fermés, chômage partiel forcé, aides exceptionnelles accordées pour des milliards d'euros... L'économie française n'est pas en forme : elle est elle aussi victime du Covid-19. Pour la remettre un peu d'aplomb, Emmanuel Macron et Bruno Le Maire l'ont dit : les Français vont devoir « travailler plus » en 2021. 

Oui, mais comment ? L'une des pistes envisagées par le gouvernement serait de prendre un jour de congés, de RTT ou un jour férié aux salariés. Un jour de repos sacrifié pour relancer un peu la machine économique du pays. Cette mesure est possible grâce aux accords de performance collectiveun dispositif mis en place par la réforme du Code du travail français en 2017.

Benoît Serre, vice-président de l'association nationale des DRH, a expliqué au Figaro ce que renfermait cet accord, et comment il pouvait être utilisé en cas de crise économique : « Ces accords sont la validation des réformes et des ordonnances de 2017. Ils sont une arme pour éviter les plans sociaux. Et dans ce cadre, les employeurs vont négocier pour soit réduire la rémunération des salariés soit diminuer quelques jours de congé ou faire travailler plus, mais sans un coût supplémentaire. En contrepartie, les entreprises passent des engagements sur la pérennité des emplois. C'est donnant-donnant. »

Quelques jours de congés sacrifiés, en échange d'une sauvegarde des emplois : tel est l'accord proposé aux salariés français. Cette mesure permettrait notamment à de nombreuses entreprises d'éviter des licenciements économiques de masse.

Selon Olivier Angotti, un avocat spécialisé en droit social au sein du cabinet FTMS interrogé par le Figaro,  « autant la marge de main-d’œuvre est relativement limitée pour les jours de congé, bien que tout à fait possible, autant les RTT représentent une véritable mine dans lequel on peut piocher. C'est d'ailleurs le principal gain de compétitivité pour beaucoup d'entreprises. »

Rien n'est encore acté, et le gouvernement ne s'est pas prononcé sur cette éventualité. Il est cependant probable qu'il envisage sérieusement de faire travailler les Français un jour férié au nom de la solidarité nationale, puisque cette option apporte des avantages non négligeables. 

Le Figaro rappelle qu'en 2004, le gouvernement Raffarin avait décidé de faire travailler les Français le jour de la Pentecôte, pour financer la dépendance. « Par le biais d'une contribution collectée par l'Urssaf auprès des entreprises et destinée à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), l'État a récolté en seize ans plus de 42 milliards d'euros. Soit environ 2,5 milliards d'euros chaque année, auquel s'ajoute le produit intérieur brut supplémentaire généré durant cette journée », explique le quotidien.

Selon l'Insee, une journée de travail en plus permettrait d'augmenter le PIB de 0,07 point. Une hausse bienvenue en temps de crise, alors que le gouvernement distribue de nombreuses aides financières pour sauver l'économie. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche