Ventes privées : les commerçants forcent les promotions par crainte d'un reconfinement

Par Cécile D. · Publié le 7 janvier 2021 à 17h01 · Mis à jour le 7 janvier 2021 à 17h01
Bruno Le Maire, à la demande des associations de commerçants, avait décidé de reculer le début des soldes au 20 janvier. Craignant un reconfinement imminent, les commerçants ont finalement décidé de contourner cette règle en lançant des ventes privées.

Vous recevez peut-être ces offres depuis quelques jours, voire quelques semaines : les grandes marques ont lancé des ventes privées à tout va. La pratique est commune : habituellement, les enseignes font profiter leurs clients fidèles de quelques avant-premières et d'offres avantageuses.

Cette année n'est cependant pas habituelle : en 2021, le gouvernement a décidé de repousser le début des soldes d'hiver au 20 janvier 2021, et ce, à la demande des associations de petits commerçants. Ces derniers se disaient asphyxiés, entre les ventes de Noël et les soldes, après de longues semaines sans pouvoir vendre à cause du confinement.

Mais, en ce début d'année, les grands magasins n'ont plus voulu suivre les nouvelles règles édictées pour cette période particulière. Au micro d'Europe 1, certains commerçants déplorent ce manque de considérations de la part de leurs collègues.

« Certaines enseignes ont débuté leurs ventes privées dès le 19 décembre. C'est beaucoup trop tôt. On travaille toute l'année avec des prix justes. Mais là, avec l'enchaînement Black Friday, Noël et ventes privées en moins d'un mois, ce n'est pas viable », regrette Éric Mertz, président de la Fédération nationale de l’habillement. 

Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France, craint des effets très négatifs sur le commerce et les clients. « Il y a deux perdants avec ces ventes privées. D'abord, les petits commerces qui n'ont pas les moyens de faire des promotions pendant plusieurs semaines. Et puis les consommateurs, qui sont perdus dans une avalanche de rabais et qui ne connaissent plus les prix exacts des produits et ne voient plus que les -50% en gros sur les étiquettes. Et ça ouvre la porte à des arnaques, avec de fausses promotions qui ne sont que de la poudre aux yeux », s'agace-t-il.

Pourtant, les deux hommes comprennent pourquoi les grandes marques ont lancé ces ventes privées si tôt dans l'année. Les syndiqués y voient juste une technique différente de la leur pour contrer les effets négatifs de la crise économique et sanitaire

« Nous avons demandé le report des soldes pour pouvoir résister aux grandes enseignes. Qu'elles fassent leurs ventes privées, nous, nous attendons les soldes avec impatience pour lancer pleinement l'année 2021 », assure Francis Palombi. Éric Mertz, lui, reste inquiet pour l'avenir : « aujourd'hui, on n'a aucune visibilité sur l'avenir. Est-ce qu'on sera reconfiné ? Si oui, quand ? Je comprends que les magasins, petits ou grands, fassent du chiffre et prennent ce qu'il y a à prendre dès maintenant. Qui sait si on ne sera pas reconfinés avant les soldes ? »

La conférence de Jean Castex du jeudi 7 janvier pourrait calmer ou amplifier leurs inquiétudes. Réponse à 18 heures.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche