Paris : les "toilettes en bois" bientôt enlevées de la promenade urbaine boulevard de la Chapelle

Par Alexandre G. · Publié le 22 février 2021 à 17h05 · Mis à jour le 22 février 2021 à 18h15
Après une période d'expérimentation de quelques mois, les adjoints chargés de la propreté du 10 et 18e arrondissements annoncent que les "Naturinoirs" installés sur la "promenade urbaine" entre La Chapelle et Stalingrad vont disparaître du boulevard, remplacés par des urinoirs de type "goutte". Une tentative "d'écologie urbaine" ratée, qui aura coûté à la municipalité 40 000 euros... Et de la crédibilité.

Derniers jours d'existence pour les urinoirs en bois du boulevard de la Chapelle. À l'été 2020, la mairie de Paris décidait l'installation de toilettes en bois sur la promenade urbaine du boulevard de la Chapelle, à cheval entre les 10e et 18e arrondissements de la capitale. Seulement, après quelques mois d'expérimentations, la municipalité fait machine arrière. 

Ce vendredi 19 février 2021, Léa Vasa et Fred Badina-Serpette, adjoints chargés à la propreté pour les mairies du 10e et 18e arrondissement de Paris, ont parcouru la promenade urbaine située entre les métros La Chapelle et Stalingrad, dans le nord-est de Paris. Des associations et collectifs d'habitants comme Demain La Chapelle, le Collectif SOS PajolGirard et Action Barbès, opposés à la pérennisation de ces toilettes, accompagnaient les élus. Force est de constater qu'élus et citoyens mobilisés tombent d'accord à propos de l'échec de ces urinoirs "écologiques". "Utiles mais souvent dégradés, nous allons retirer les naturinoirs de la promenade urbaine", annonce Fred Badina-Serpette.  

Et pour cause ! À l'origine, les "naturinoirs" devaient servir à produire de l'engrais grâce à l'urine récupérée. Avec l'aide d'une pompe à énergie solaire, l'urine était évacuée dans le réservoir de l'urinoir. Six mois après l'installation des toilettes de bois le long de la promenade, le constat est accablant. Dégradations à répétition, entretien inexistant, mauvais emplacement des toilettes : l'expérience tourne au vinaigre. "On a décidé de l'emplacement des urinoirs en février. Il n'y avait alors pas une feuille sur les arbres. Maintenant, il y a un platane et c'est beaucoup moins ensoleillé", admet Benjamin Clouet, employé de la société Ecosec en charge du projet. 

Remplacés par des urinoirs "goutte"

En remplacement, les mairies ont décidé d'installer des urinoirs de type "goutte" aux mêmes emplacements, "en attendant de trouver des solutions pérennes", précisent les associations. À la demande des associations de citoyens, les nouvelles toilettes devraient désormais être "nettoyé quotidiennement, sept jours sur sept" précise Action Barbès, afin d'éviter la détérioration de l'image du boulevard. Aussi, une "signalétique adaptée" devrait voir le jour pour "indiquer les emplacements des toilettes le long du boulevard" aux passants, souligne l'association.  

Sur les réseaux, les "naturinoirs" n'ont pas manqué de se forger rapidement une mauvaise réputation de lubies d'écologistes. Avec une pointe d'humour et d'ironie, les internautes Parisiens vantaient l'efficacité formidable d'Anne Hidalgo et de l'équipe municipale écologiste à ce sujet. Sans oublier de rappeler le coût exorbitant de l'expérimentation loupée : 40 000 euros. De quoi mettre des bâtons dans les roues du carrosse de la maire de Paris, alors que de nombreux autres chantiers en cours font friser les Parisiens et Parisiennes du nord de la capitale. 

Informations pratiques

Lieu

36 boulevard de la Chapelle
75018 Paris 18

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche