Hidalgo lance sa plateforme "Idées en commun" depuis Douai, la veille d'annonces difficiles à Paris

Par Alexandre G. · Publié le 17 mars 2021 à 19h45 · Mis à jour le 17 mars 2021 à 19h45
La maire de Paris inaugure ce mercredi 17 mars 2021 depuis Douai, dans le département du Nord, la plateforme "Idées en commun", qui doit servir de tremplin participatif pour "porter des projets dans la perspective de 2022" et des élections présidentielles, auxquelles l'édile socialiste est potentiellement candidate. En parallèle, l'exécutif multiplie les messages d'avertissement concernant un durcissement des mesures restrictives en vigueur en Île-de-France, dans le but de freiner l'épidémie du Covid-19, laissant entendre que l'annonce d'un reconfinement strict ou seulement le week-end est imminente. Un concours de circonstances malheureux pour bon nombre de Parisiens...

Il n'en fallait pas plus pour réveiller ses détracteurs. Ce mercredi 17 mars 2021, la maire de Paris Anne Hidalgo dévoile officiellement depuis la ville de Douai, dans le département du Nord, sa plateforme citoyenne participative baptisée "Idées en commun", référence à son programme victorieux pour l'Hôtel de Ville en 2020. L'objectif étant de rassembler sociaux-démocrates, écologistes, et citoyens de tous bords dans un projet en dehors des sentiers battus de la politique. Avec, forcément, les élections présidentielles de 2022 en ligne de mire.  

Seulement, bon nombre de Parisiens n'ont pas apprécié l'initiative de leur maire... Outre l'aspect "présidentiel" lié au lancement d'un tel outil participatif à quelques mois des élections, et de sa délocalisation volontaire, c'est surtout le tempo de l'annonce qui a choqué. Et pour cause ! Ce mercredi, alors que l'édile socialiste se fendait d'un tweet depuis le nord du pays pour dévoiler la bonne et heureuse nouvelle, le président Emmanuel Macron réunissait au même moment un conseil de défense extraordinaire afin de décider du bon format de confinement à adopter pour endiguer la propagation du Covid-19 en Île-de-France, où la situation sanitaire est particulièrement tendue depuis plusieurs jours. Au point d'imaginer un reconfinement inévitable, au moins le week-end, pendant 4 semaines

 

Comme prévu, les internautes n'ont ensuite pas manqué de rappeler l'erreur de timing assez évidente. "C'est incroyable. Les gens souffrent en Île-de-France, sont anxieux avec l'annonce du confinement et que font les élus ? Ils pense à la prochaine présidentielle", déplore l'anonyme Orlin KMYTS sur Twitter en réponse à la maire. Certains vont même jusqu'à pointer du doigt le manque de cohérence de l'édile socialiste. "Super menteuse ? Vous aviez promis, juré, craché devant les caméras et dans les interview écrites de ne vous consacrer qu'à votre second mandat municipal. Aussitôt élue, aussitôt financée, aussitôt oublié ?", s'indigne Guillaume Giraudon sous la même publication. 

D’ailleurs, comment ne pas se souvenir des nombreux couacs de communication constatés début mars, sur peu ou prou le même sujet ? La maire socialiste avait alors proposé un "confinement de Paris le week-end pendant 3 semaines", par l'intermédiaire de son premier adjoint Emmanuel Grégoire. Et déjà, l'élue socialiste avait fait parler d'elle, sur les réseaux et dans les colonnes des canards. Avant de songer à sonner officiellement l'assaut contre le palais de l'Élysée d'ici 2022, Hidalgo semblait prendre son temps, comme pour mesurer sa popularité et ses chances de réussite. L'ancienne adjointe de Bertrand Delanoë faisait même trembler son principal adversaire, Emmanuel Macron ! Couac de com' après couac de com', il s'agit désormais pour la maire de Paris de ne plus faire de faux pas ! Et de rassembler, plus que de diviser, indirectement ou volontairement. Sous peine d'être éjectée de la course à la présidentielle... 

Informations pratiques

Site officiel
ideesencommun.org

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche