Impôts et déclaration de revenu : comment la crise sanitaire peut vous permettre de payer moins

Par Cécile D. · Publié le 19 avril 2021 à 12h51 · Mis à jour le 19 avril 2021 à 12h51
Une pandémie et trois confinements plus tard, l'heure est venue de remplir sa déclaration de revenus pour 2020. Cependant, puisque la crise sanitaire a chamboulé l'activité économique de millions de Français, de nouvelles modalités ont été mises en place pour adapter votre déclaration et payer moins d'impôts.

C'est la saison que tous les contribuables détestent : celle où il faut remplir sa déclaration de revenus pour l'année précédente. On vous détaillait les nouveautés ajoutées à la déclaration de revenu des particuliers dans un précédent article. Mais d'autres particularités se sont ajoutées à ce document pour les professionnels. Exonérations, déductions, aides exceptionnelles : découvrez les nouveautés qui vous permettront de faire face à la pandémie et à ses conséquences économiques.

Payer vos impôtsPayer vos impôtsPayer vos impôtsPayer vos impôts Impôts : début de la déclaration des revenus ce jeudi, les nouveautés 2021
Top départ pour le lancement de la campagne de l'impôt sur le revenu qui débute ce jeudi 8 avril 2021. Cette année, en raison de la crise sanitaire, plusieurs nouveautés attendent les contribuables. On vous les détaille.

Cinq nouveaux dispositifs ont été mis en place pour prendre en compte les aides exceptionnelles mises en place en 2020 pour aider les professionnels à survivre.

Cette année, les entreprises peuvent exonérer d'impôt les heures supplémentaires et complémentaires réalisées par les salariés à temps partiel, jusqu'à 7 500 euros, pour les heures effectuées entre le 17 mars et le 10 juillet 2020. La prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, la prime Covid versée aux agents mobilisés pendant l'état d'urgence sanitaire par les établissements publics de santé, et les primes accordées au personnel soignant à partir du 1er juin sont également exonérées dans la limite de 1 500 euros.

Les indépendants bénéficient également d'un coup de pouce. Les artisans, commerçants, autoentrepreneurs et professions libérales ont reçu des aides exceptionnelles de l'État, grâce au fonds de solidarité, au Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants, à la Caisse nationale d’assurance-vieillesse des professions libérales et à la Caisse nationale des barreaux français aux indépendants. Ces aides financières sont exonérées d'impôts sur le revenu et n'ont pas besoin d'être indiquées sur la déclaration de revenus.

Certains dons caritatifs versés en 2020 bénéficient d'une réduction d'impôt plus importante que d'habitude. La règle en vigueur stipule que les dons consentis à des organismes divers peuvent être déduits de votre déclaration à hauteur de 66% des sommes versées, et dans une limite de 20% du revenu imposable. Cette année, les dons offerts aux organismes d’aide aux personnes en difficulté et aux victimes de violence domestique donnent droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 75 % des sommes versées. Cette réduction est applicable dans la limite d’un plafond relevé à 1 000 euros.

Dans l'année 2020, le gouvernement avait demandé un geste aux particuliers ou aux professionnels bailleurs de locaux commerciaux : abandonner le prélèvement du loyer des commerces éprouvés par la crise économique et les confinements. Ceux qui ont renoncé à percevoir leurs loyers peuvent donc être récompensés en déduisant les charges relatives à ce local (charges de propriété et intérêts d’emprunt) sur leur déclaration.

Le Monde précise à ce sujet qu'en cas de déficit « il est imputable sur le revenu global à hauteur de 10 700 euros. Le surplus – et la part du déficit résultant des intérêts d’emprunt – est reportable sur les revenus fonciers des dix années suivantes. Un crédit d’impôt est en outre accordé aux propriétaires qui ont renoncé au loyer du mois de novembre 2020 s’il concerne une entreprise qui a été contrainte de fermer ses portes en novembre ou qui exerce son activité principale dans un secteur mentionné à l’annexe 1 du décret 2020-371 du 30 mars 2020 : hôtellerie, restauration, cafés, tourisme, événementiel, sport et culture… Si l’entreprise locataire emploie moins de 250 salariés, le crédit d’impôt est égal à la moitié du montant des loyers abandonnés. Si ses effectifs sont compris entre 250 et 5 000 salariés, le crédit d’impôt est aussi calculé au taux de 50 %, mais sur une assiette limitée aux deux tiers du montant du loyer. »

Enfin, une nouveauté concerne le secteur des services rendus à la personne. Les services rendus au domicile des particuliers permettent d'obtenir un crédit d'impôt correspondant à la moitié des dépenses payées, dans la limite de 12 000 euros par an, voire 15 000 euros pour certaines situations. En 2020, du fait de la pandémie, certains services ont dû être assurés par visioconférences : soutien scolaire, cours particuliers pour adultes et enfants (sport, musique...). Ces services réalisés par Internet donnent droit aux mêmes crédits d'impôt que les services faits en présentiel.

En cas de problème ou de question au moment de remplir votre déclaration sur le revenu, sachez qu'un nouvel outil a été mis en place sur le site impots.gouv. Un assistant virtuel accessible depuis votre espace personnel vous permet d'obtenir une réponse aux principales questions posées ces dernières années à l’administration fiscale.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche