Vaccin Covid : faut-il adapter localement la campagne de vaccination pour éviter le gaspillage ?

Par Rizhlaine F. · Photos par My B. · Publié le 29 avril 2021 à 13h52 · Mis à jour le 29 avril 2021 à 15h06
La campagne de vaccination contre le coronavirus se poursuit en France et désormais le débat de l'accès au vaccin pour l'ensemble des français est au coeur de l'actualité. Entre la crainte des doses inutilisées et l'impossibilité pour des publics prioritaires de trouver des créneaux disponibles, la solution résiderait-elle dans une campagne vaccinale adaptée à échelle locale ?

Faut-il ouvrir la vaccination à l'ensemble des français dès le mois de mai ? Alors que l'épidémie de coronavirus ralentit en France, le vaccin s'impose comme l'espoir d'un début de retour à la vie normale à l'approche des vacances d'été. Lancée depuis fin 2020, la campagne de vaccination s'ouvre progressivement à des publics prioritaires. Alors que les français de moins de 50 ans souffrant d'obésité pourront prochainement bénéficier du vaccin, certains élus locaux réclament un élargissement de la population vaccinable, voire la vaccination pour tous

Et pour cause, des médecins ou centres de vaccination s'inquiètent du nombre de créneaux laissés vacants, qui ont pour conséquence des doses jetées, faute de patients. Bien que des outils comme covidliste permettent aux français non prioritaires de se signaler comme étant volontaires pour éviter le gaspillage, la situation diffère selon les territoires en raison de la démographie, de la circulation du virus et du nombre de doses disponibles. Car a contrario, l'ouverture de la campagne de vaccination à un trop large public dans des zones où il y a moins de créneaux disponibles fait courir le risque d'empêcher aux français prioritaires de se faire vacciner au plus vite.

Alors, faut-il adapter localement la campagne de vaccination ? C'est le parti que prennent certains élus locaux. À Cannes, contre l'avis du gouvernement, la ville a décidé d'ouvrir l'accès au vaccin dès 40 ans contre 50 ans. Du côté de la capitale, la maire de Paris Anne Hidalgo réclame qu'on débride "la question de l'âge". Ainsi au stade de France, le Conseil départemental a pris la décision d'ouvrir la vaccination aux professions prioritaires sans limite d'âge. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche