À Paris, les habitants du quartier Gare de Lyon confrontés au trafic de stupéfiants et aux bagarres

Par Alexandre G. · Publié le 16 juin 2021 à 19h37 · Mis à jour le 17 juin 2021 à 11h13
Dans le 12e arrondissement de la capitale, près de la Gare de Lyon, les riverains constatent depuis plusieurs semaines toujours plus de rixes, de consommation de stupéfiants ou d'alcool dans les rues. Une association créée en réponse à ces nuisances tente de trouver des solutions avec la mairie d'arrondissement.

À Gare de Lyon comme à Stalingrad, difficile d'éviter les dealers et les consommateurs. Ou de supporter leurs nuisances. Interrogés par nos confrères de BFM Paris, des riverains du quartier de la Gare de Lyon, dans le 12e arrondissement de Paris, déplorent la nouvelle population fraîchement débarquée en bas de leurs immeubles, aux abords de la place Henri Frenay.

Tous les soirs, modous et toxicomanes engendrent bagarres, consommations sur la voie publique d'alcool et de stupéfiants. "On voit les scènes de près. On entend les cris de près. Mes volets sont constamment fermés puisque j'ai reçu dans la vitre une bouteille de bière", témoigne Marie, maman d'une fille de 12 ans, à nos confrères. Pourtant, ces habitants avaient jusque là l'impression de "vivre dans un quartier paisible". Comme du côté du canal de l'Ourcq, les riverains dégainent leur téléphone pour partager sur les réseaux ce qu'ils vivent au quotidien. Avec eux aussi l'envie d'alerter. 

Pour ces Parisiens.nes désenchantés, les rues qu'ils arpentent sont remplies "des gens qui prennent du crack, des dealers en tout genre", comme le décrit Sarah au micro de BFM Paris. "On ne veut pas être le nouveau Stalingrad, on le refuse", martèle-t-elle. Dans le 19e, une situation presque similaire s'éternise aux abords de la place Stalingrad et de l'avenue des Flandres. Avec là aussi, des riverains à bout.

En face, la réponse des pouvoirs publics tente d'anticiper sur l'apparition éventuelle d'un nouvel épicentre du trafic. "J'ai demandé au préfet de police un renfort le week-end et un point fixe jusqu'à ce que le calme revienne, a indiqué l'élue à notre micro. Nous avons aussi modifié l'emplacement de certaines sanisettes, relativement proches de certains logements, qui créent des nuisances d'insalubrité et de sécurité", explique Emmanuelle Pierre-Marie, maire du 12e arrondissement au micro de la chaîne d'information locale. Une association de riverains en colère forte de 50 adhérents a échangé avec la maire le 4 juin dernier à ce sujet. 

Trafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'ÉtatTrafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'ÉtatTrafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'ÉtatTrafic de crack à Stalingrad : Anne Hidalgo rejette la faute sur l'État Crack à Paris : la Ville, les mairies d'arrondissement et l'État en quête de solutions
La maire de Paris dénonce le manque d'action de la part de l'État face à la gangrène du trafic de crack qui ronge le nord-est de Paris depuis de longues années. Pour l'heure, les toxicomanes ont été regroupé dans les jardins d'Eole, sur décision de la préfecture de police de Paris. Le 7 juin, l'exécutif prévoit une réunion afin de trouver, en accord avec les mairies d'arrondissement et la Ville, des solutions pérennes. [Lire la suite]

À Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicosÀ Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicosÀ Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicosÀ Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicos À Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicos
Pendant deux nuits consécutives, samedi 1er et dimanche 2 mai 2021, des tirs de mortier d'artifice ont explosé aux alentours de la place de la bataille de Stalingrad et de l'avenue de Flandre, dans le 19e. Les riverains en sont aujourd'hui réduits à ce type d'action ”coup de poing” pour tenter de se faire entendre par les autorités compétentes. La présence quasi permanente des vendeurs et consommateurs de crack, venus toujours plus nombreux des quatre coins de l'Europe dans le ”triangle d'or”' du nord-est de la capitale, se répercute implacablement sur le quotidien invivable des habitants du quartier Riquet Stalingrad. Témoignages. [Lire la suite]

Informations pratiques

Lieu

Place Louis-Armand
75012 Paris 12

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche