Coronavirus : se faire contaminer pour obtenir son Pass Sanitaire, une fausse bonne idée

Par Rizhlaine F. · Mis à jour le 2 août 2021 à 14h51 · Publié le 31 juillet 2021 à 17h38
Alors que le Pass Sanitaire se voit étendu à de nombreux lieux publics et qu'une partie des français sont réfractaires à l'idée de se faire vacciner, une astuce insolite se répand : celle de se faire contaminer par le coronavirus pour obtenir son Pass Sanitaire sans vaccination ni test PCR. Voici pourquoi c'est une fausse bonne idée.

Depuis l'annonce de l'extension du Pass Sanitaire, certains partent en quête de moyens alternatifs pour obtenir le précieux sésame sans passer par la case vaccination ou dépistage. Peu après les annonces d'Emmanuel Macron du 12 juillet 2021, on enregistrait déjà un boom des recherches liées à la fastidieuse quête de faux certificats de vaccinations et tests négatifs. Une fraude qui peut coûter cher, avec une sanction pouvant aller jusqu'à 45 000€ d'amende

Mais voilà qu'une autre astuce se répand. Le Pass Sanitaire étant délivrés selon trois critères (vaccin, test négatifs ou immunité naturelle), certains sont tentés d'employer une méthode insolite : celle d'attraper volontairement le coronavirus. Un test PCR positif de plus de 11 jours permet alors d'obtenir le précieux sésame pendant 6 mois sans vaccin ni dépistage. Pourtant, ce n'est pas une si bonne idée. 

Et pour cause, cette méthode est loin d'être sans risque. Si des facteurs aggravants ont été identifiés, dans les hôpitaux les patients hospitalisés non-vaccinés ne présentent pas forcément de comorbidités contrairement aux patients vaccinés admis. Ainsi on n'est pas à l'abris de développer une forme grave de la maladie et d'être atteint pas le covid long. La Haute Autorité de Santé avait ainsi déclaré que "plus de la moitié des patients présentent encore au moins un des symptômes initiaux de la Covid-19 quatre semaines après le début de la maladie, et plus de 10 % à 6 mois". Fatigue, perte d'odorat, de goût, troubles respiratoires sont autant de symptômes qui peuvent persister longtemps et impacter le quotidien des anciens malades.

Le coronavirus peut également provoquer des séquelles sur le long terme qui peuvent même être irréversibles. Le virus attaquant le coeur, les vaisseaux, le cerveau, sans oublier les poumons, les personnes ayant contracté une forme grave du covid 19 risquent de souffrir de pathologies telles que la myocardite, l'encéphalite, le syndrome de détresse respiratoire aigue, des syndromes coronariens aigus, des arythmies ou des insuffisances cardiaques. À cela s'ajoute le risque de contaminer d'autres personnes et de leur faire courir à leur tour les risques précédemment cités. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche