Réforme des retraites et de l'assurance-chômage : où en est-on ?

Par Cécile D., Alexandre G. · Publié le 7 septembre 2021 à 11h44
Coûte que coûte, le gouvernement entend mener à bien les réformes de l'assurance-chômage et des retraites avant la fin de ce quinquennat, bien que « le président de la République [ait] indiqué que la réforme des retraites n’interviendrait pas tant que la situation sanitaire [ne serait] pas largement maîtrisée et que la reprise économique [ne serait] pas suffisante », a rappelé Jean Castex ce 6 septembre 2021.

Jean Castex a reçu les partenaires sociaux pour « déblayer l'actualité ». Voilà en tout cas l'explication formulée par Matignon, alors que le Premier ministre a rencontré, ce mercredi 1er septembre 2021, les responsables de la CFDT, de la CGT et du Medef. L'objectif annoncé du gouvernement est d'afficher une « posture d'écoute » quant aux principaux chantiers de l'exécutif à venir. À commencer par la réforme de l'assurance-chômage et des retraites, les deux prochaines échéances importantes du quinquennat. 

À ses côtés, les ministres de l'Économie Bruno Le Maire, du Travail Élisabeth Borne, ou encore le secrétaire d'État aux Retraites, Laurent Pietraszewski. Pour le moment, les services du Premier ministre ne prévoient pas de s'exprimer officiellement à ce sujet. Les entretiens bilatéraux entre Jean Castex et Laurent Berger (CFDT), Philippe Martinez (CGT) ou encore Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) doivent permettre de laisser les portes ouvertes sur des sujets délicats. Pour cela, le gouvernement entend « être dans une posture d'écoute et de retour de terrain », confirment les ministres concernés. 

Le chantier de la réforme des retraites semble donc se remettre doucement en marche, même si Jean Castex a rappelé lors d'un déplacement, ce lundi 6 septembre 2021, qu'aucun changement social majeur ne serait lancé avant que la pandémie ne soit totalement maîtrisée. « Le président de la République a été très clair, il a indiqué que la réforme des retraites n’interviendrait pas tant que la situation sanitaire n’était pas largement maîtrisée et que la reprise économique n’était pas suffisante. Aujourd’hui, la crise sanitaire n’est pas encore complètement sous contrôle et la reprise mérite encore d’être affermie », a tranché le Premier ministre.

Pour autant, Emmanuel Macron n'entend pas abandonner ce projet majeur de son quinquennat. Si aucun calendrier de travail n'a été dévoilé, le dossier pourrait bien être rouvert dès ce mercredi 8 septembre, lors du Conseil des ministres, selon des informations de BFMTV.

Nos confrères émettent l'idée qu'une partie de la réforme soit adoptée avant 2022. Le gouvernement pourrait pousser dans un premier temps la suppression des régimes spéciaux et la mise en place d'une pension minimum de 1 000 euros. Puis, dans un second temps, le texte de loi sera complété par une réforme du recul de l'âge de départ à la retraite et le passage à un système à points. La question est de savoir si ces changements seront adoptés avant ou après les élections présidentielles de mai 2022.

Selon un proche du président, interrogé par BFMTV : « Rien n'est exclu, il y a plein de manières d'aborder le dossier. On peut marquer des points avant 2022 en disant "on fait ça maintenant", et on fera ça ensuite. »

Les Français se sont montrés majoritairement opposés à cette réforme. Parlementaires, ministres et élus de la majorité estiment que le gouvernement devrait prendre le temps de préparer ce texte de loi et de l'expliquer en détail à la population, quitte à attendre le prochain mandat présidentiel pour le présenter au Parlement. « On a tout le temps qu'il faut. La réforme d'avant n'a pas été bien comprise. C'est une excellente réforme du début du prochain quinquennat », écrit BFMTV, qui cite un cadre de la majorité, très proche du chef de l'État.

Au gouvernement, on répète que rien n'est décidé, et que le dossier de la réforme des retraites et de l'assurance-maladie reste pour l'instant dans les cartons. 

En parallèle, les syndicats ont de leur côté déjà mis la riposte en marche. À l'appel de l'intersyndicale réunissant la CGT, FO, la FSU, Solidaires ainsi que des organisations de jeunesse, les étudiants et salariés sont appelés à manifester partout en France, le 5 octobre prochain

Manifestation intersyndicale pour la fête des travailleurs ce samedi 1er mai à Paris - nos photos Manifestation intersyndicale pour la fête des travailleurs ce samedi 1er mai à Paris - nos photos Manifestation intersyndicale pour la fête des travailleurs ce samedi 1er mai à Paris - nos photos Manifestation intersyndicale pour la fête des travailleurs ce samedi 1er mai à Paris - nos photos Salaires, emplois, retraites : des syndicats appellent à la grève et à manifester le 5 octobre 2021
La rentrée scolaire sonne le retour de la mobilisation ! L'intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires, à laquelle se sont associées plusieurs organisations étudiantes ou lycéennes, a appelé ce lundi 30 août 2021 à une journée de grève et de manifestations le mardi 5 octobre prochain. Objectif ? Défendre les salaires et les emplois, ainsi que les conditions de travail et d’étude, sans oublier de demander l'abandon de la réforme des retraites. [Lire la suite]

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche