Coronavirus : une "Europe de la santé doit devenir notre priorité" selon Emmanuel Macron

Par Laurent P. · Publié le 18 mai 2020 à 19h05 · Mis à jour le 19 mai 2020 à 15h23
Dans la lutte contre le coronavirus, lors d'une conférence commune entre Emmanuel Macron et Angela Merkel, le Président de la République a déclaré qu'une "Europe de la santé doit devenir notre priorité". Une arlésienne de l'Union Européenne qui pourrait finalement bel et bien voir le jour.

Après l'Europe économique, une tentative d'Europe politique... l'Europe de la santé ! Pour lutter contre le coronavirus, Emmanuel Macron a déclaré lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel, lundi 18 mai, qu'une "Europe de la santé doit devenir notre priorité". 

En quoi doit consister cette "Europe de la santé" ? Le Président de la République a avancé quelques pistes : "Notre volonté est de doter l'Europe de compétences très concrètes en matière de santé" explique-t-il. Et de poursuivre : "Avec des stocks communs de masques et de tests, des capacités d'achats communes et coordonnées pour les traitements et les vaccins, des plans de prévention partagés des épidémies, des méthodes communes pour recenser les cas".

L'Europe de la santé, une idée aussi vieille que la construction européenne

Une idée qui n'est pourtant pas nouvelle. Celle-ci remonte même à l'époque de la construction européenne. Une idée qu'exprimait déjà Robert Schuman en 1950, expliquant, dans une phrase qui fera l'histoire, que "L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait". Une volonté de politique de santé commune qui fait partie des fondements de cette construction, mais qui n'a pour le moment jamais vu le jour.

On entend à nouveau parler d'une "Europe de la santé" en 1952, au moment de la fondation de la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (la CECA), et d'une politique de santé commune à l'échelle de plusieurs états (proposée aux pays membres de l'OECE), le fameux "pool blanc".

Idée ancienne, réalisation nouvelle

A l'origine, cette "Europe de la santé" voulait mettre en place, selon nos confrères de la RTBF, "un marché commun des médicaments et du matériel médical", mais également "une assurance maladie harmonisée à échelle européenne" ou encore une formation commune pour le personnel soignant. Une politique commune qui concernait également la recherche médicale, puisque l'une des ambitions de la communauté européenne était également de créer une recherche commune, dans des laboratoires et hôpitaux dédiés.

Mais elle n'a pas fonctionné... La raison de cet échec ? "Une forte opposition des entreprises pharmaceutiques, alors nationales, qui ont eu peur de perdre leur marché" nous explique nos confrères de la RTBF. Une crainte de concurrence déloyale pour le corps médical, aussi. Ne reste plus qu'à voir si aujourd'hui, cette politique pourrait prendre.

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche