Covid : de nouvelles pathologies inclues dans la liste des personnes prioritaires à la vaccination

Par Laurent P. · Publié le 3 mars 2021 à 10h43 · Mis à jour le 3 mars 2021 à 11h10
Qui recevra en priorité le vaccin pour la Covid ? Une question à laquelle a officiellement répondu la Haute autorité de Santé, le 30 novembre 2020, donnant ses recommandations quant à la stratégie vaccinale en France. Une liste des personnes prioritaires qui s'élargit au fil de la réception des vaccins, incluant ce mercredi 3 mars 2021 les personnes souffrant de troubles mentaux, entre autres. On fait le point !

Protéger les populations les plus à risques et en première ligne contre la Covid... Une conclusion à laquelle sont parvenus les membres du Conseil scientifique, du Comité vaccin Covid-19 et du Comité recherche, analyse et expertise (Care) dans un avis officiel publié le 24 juillet 2020, quant à la priorisation des vaccinations pour certaines catégories de population. Un avis également suivi par la Haute autorité de santé qui a retenu quatre scénarios le 28 juillet dans le cadre d'une première campagne de vaccination. Celle-ci a également présenté, le 30 novembre dernier, ses recommandations quant à une stratégie vaccinale, "selon l'arrivée effective des doses de vaccins".

Qui donc est prioritaire quant à l'administration des vaccins actuellement en circulation dans le pays ? Les personnes âgées et souffrant de comorbidités, en premier lieu, puis les personnes en contact direct avec la population, comme le personnel soignant, les pompiers, les aides à domicile,  les commerçants, les enseignants, les chauffeurs de bus, etc. Une population avec "priorité très élevée" comprenant 6,8 millions d'individus (dont 1,8 million parmi les professionnels de santé).

Pour le moment, seules les personnes âgées vivant en Ehpad ont été autorisées à se faire vacciner dès le début de la campagne vaccinale, fin décembre, puis est venu le tour, le 5 janvier, des soignants, pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans. Les personnes de plus de 75 ans ont quant à elle pu se voir administrer le vaccin dès le 18 janvier, tout comme les personnes souffrant de maladies chroniques, sans distinction d'âge. Depuis le 6 février, c'est autour des soignants, sans distinction d'âge, de se voir ouvert la voie à la vaccination. Depuis le 25 février, les médecins de ville sont autorisés à vacciner toutes ces catégories de population, auxquelles s'ajoutent les personnes âgées de 50 à 64 ans souffrant de comorbidités. Et depuis les 1er mars, les personnes ayant entre 65 et 74 ans sont également autorisées à se faire vacciner.

Ce mercredi 3 mars 2021, la Haute Autorité de Santé a ajouté, concernant les comorbidités et maladies chroniques, de nouvelles pathologies permettant à ceux qui en souffrent de se faire vacciner dès à présent. Sont donc concernées les personnes souffrant de troubles psychiatriques, de démence, de maladies du foie chroniques comme la cirrhose ainsi que les personnes ayant des antécédents d'AVC. De nouvelles pathologies qui viennent compléter une liste déjà existante, comprenant l'obésité, les cancers, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), l'insuffisance respiratoire, l'insuffisance cardiaque et l'hypertension artérielle compliquée.

Pour rappel, trois vaccins sont actuellement autorisés sur le sol européen, à l'image de celui de Moderna, de Pfizer, et d'AstraZeneca. Un quatrième, celui de Johnson & Johnson, est actuellement à l'étude pour une commercialisation prochaine.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche