Grippe saisonnière : début de la campagne de vaccination

Par Laurent P., Elodie D. · Publié le 13 octobre 2020 à 10h55 · Mis à jour le 13 octobre 2020 à 10h57
Les autorités sanitaires lançaient ce mardi 13 octobre sa campagne de vaccination contre la grippe. Une campagne d'autant plus importante cette année, en raison de la crise sanitaire, et du danger que représente une double contamination simultanée.

Entre 2 et 6 millions de personnes touchées chaque hiver... La grippe saisonnière frappe une nouvelle fois cette année et pour minimiser son impact sur la population française, les autorités sanitaires ont lancé ce mardi 13 octobre 2020 la campagne de vaccination contre la grippe, qui doit se poursuivre jusqu'au 31 janvier 2021.

Une maladie "responsable de 8 000 à 14 500 décès au cours des trois dernières saisons grippales", selon nos confrères du Parisien, et qui, crise du coronavirus oblige, inquiète d'autant plus cette année. Et pour cause : selon la revue médicale BMJ, les cas de double infection (grippe et coronavirus en simultanée, oui, ça existe) représentent un plus gros risque, avec un nombre de décès multiplié par deux, si ce n'est plus.

Le 20 mai dernier, la Haute autorité de santé rendait un avis expliquant qu'il était nécessaire de se faire vacciner contre la grippe, et de vacciner en priorité les personnes "éligible", à savoir les personnes âgées et à risques, les femmes enceintes ou encore les personnes souffrant de maladies chroniques. Et tout comme pour le coronavirus, les gestes barrières sont à respecter pour limiter sa propagation. Au total, ils sont 16 millions à être prioritaires, et doivent recevoir un bon de prise en charge du vaccin de l'Assurance maladie.

Pour retirer ce vaccin grâce à ce bon, il suffit simplement de se rendre chez son pharmacien et de se faire vacciner par le professionnel de santé de son choix, comme son médecin traitant, une sage-femme, un pharmacien volontaire ou encore un infirmier.

Une vaccination de masse demandée depuis quelques mois déjà... Dans une tribune du médecin et député Julien Borowczyk, diffusée dans le JDD le 20 septembre dernier et intitulée « Pour une vaccination massive et solidaire contre la grippe », celui-ci expliquait les vertus d’une politique de prévention systématique et félicitait l’anticipation du ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, qui a commandé 13 millions de doses de vaccins contre la grippe. Il en appelait les Français à se faire vacciner, pour éviter de voir « s’entrechoquer le Covid-19 avec la grippe, elle-même responsable de 10 000 morts environ chaque année. »

Pour lui, « Cette cohabitation épidémique pourrait s’avérer délétère en entraînant des retards de diagnostics, en provoquant des complications chez les plus fragiles d’entre nous et en engendrant un afflux massif de malades dans les hôpitaux ». Les signataires assuraient qu’ils allaient tous se faire vacciner contre la grippe. « Se vacciner contre la grippe deviendra dès cet automne un enjeu de santé publique et surtout un acte citoyen », poursuit le député.

La tribune demandait aussi aux mutuelles de prendre en charge le vaccin contre la grippe pour tous les Français. Actuellement, il est uniquement pris en charge à 100 % pour les personnes à risques et les plus de 65 ans, et coute une dizaine d’euros en pharmacie.

« Nous attendons toutes et tous avec impatience le vaccin contre le coronavirus. Profitons d’ores et déjà des vaccins existants, car ils sont nos meilleurs alliés dans cette lutte contre les virus », concluait Julien Borowczyk. Un texte également signé par l’ex-ministre de la Transition écologique et ancien président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, le professeur de médecine Jean-Louis Touraine ou la députée des Yvelines Aurore Bergé.

Pour rappel, 8 vaccins contre le coronavirus sont en dernière ligne droite et le président des États-Unis espère bien avoir un vaccin opérationnel en novembre 2020.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche