Coronavirus au Royaume-Uni : une amende jusqu'à 10.000 livres pour non respect de la quarantaine

Par Elodie D. · Publié le 20 septembre 2020 à 16h19 · Mis à jour le 20 septembre 2020 à 16h22
La quarantaine liée au coronavirus devient obligatoire au Royaume-Unis. Pour forcer les Britanniques à respecter un isolement suite à un test positif dans le foyer, Boris Johnson vient d'annoncer qu'une amende de 10.000 livres, soit 11.000 euros, pourra être donnée aux contrevenants. Les personnes à faibles revenus pourront, elles, recevoir une aide financière pour les inciter à ne pas aller travailler. Cette mesure fait partie d'une vague de nouvelles restrictions appliquées dès mardi.

Le Premier ministre britannique a présenté de nouvelles restrictions appliquées aux habitants des régions du nord, nord-ouest et centre de l’Angleterre — les plus touchées par le coronavirus — lors d’une conférence de presse le samedi 19 septembre. Pour Boris Johnson, « Personne ne doit sous-estimer l’importance de ces mesures, ces nouvelles règles signifient que vous avez l’obligation légale de les appliquer, dès lors que vous êtes contaminé ou que le NHS vous le demande ».

Parmi ces mesures, une obligation de confinement pour les personnes testées positives et leurs proches, et ce dès le 28 septembre. Ce confinement doit durer 10 jours pour les personnes testées positives, et 14 jours pour les personnes habitant le même foyer qu’une personne positive. En cas de non respect des règles, les amendes iront de 1 000 livres sterling (1 090 euros) à 10 000 livres. Pour inciter au respect de ces règles, les personnes aux faibles revenus recevront une aide forfaitaire de 500 livres (545 euros) si elles n’ont pas la possibilité de télétravailler durant leur quarantaine.

Autre mesure dans les régions les plus touchées,  l’interdiction de se rassembler et un couvre-feu de 22 heures à 5 heures dans les lieux de divertissement. Ces mesures vont prendre effet à partir de mardi et vont toucher 2 millions d’habitants.

Lors de cette conférence de presse, le Premier ministre britannique a souligné sa réticence à imposer un nouveau confinement total du pays, mais est pessimiste. « Nous voyons une reprise en France, en Espagne, à travers l’Europe. Il est absolument inévitable, je le crains, que nous finissions par le voir dans ce pays », a expliqué Boris Johnson.

Interrogé sur la possibilité d’un nouveau confinement de deux semaines pendant les vacances scolaires, qui commencent à la mi-octobre, le ministre de la Santé Matt Hancock a expliqué sur la BBC que le gouvernement « veut éviter un confinement national, mais nous sommes prêts à le faire si nécessaire ».

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche