Coronavirus : les mesures économiques d’aide dans les métropoles en couvre feu

Par Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 14 octobre 2020 à 20h46 · Mis à jour le 14 octobre 2020 à 20h46
Lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron a annoncé un couvre-feu à 21 heures, mis en place dès le samedi 17 octobre 2020, et pour un minimum de quatre semaines. Pour soutenir les commerces et les secteurs qui vont souffrir de cette mesure, le président a présenté plusieurs aides.

C'est officiel, Emmanuel Macron a annoncé un couvre-feu en Île-de-France et huit autres métropoles en France. Instauré à partir du samedi 17 octobre 2020, et effectif de 21 heures à 6 heures du matin, cette mesure visant à ralentir la propagation du Coronavirus risque de mettre à mal nombre de commerces, lieux de spectacles, restaurants, bars... Pour soutenir cette vie économique, le président de la République a présenté un ensemble d'aides.

Emmanuel Macron a affirmé qu'il « faut réduire la propagation du virus tout en préservant l'économie, le travail. Car le travail, c'est la liberté. » Cependant, nombre sont ceux dont le travail est mis en danger par ce couvre-feu. Pour éviter les licenciements en masse et la mort des entreprises, le gouvernement a prévu des dispositifs d'aide supplémentaire.

Le président a parlé également d'adaptation des habitudes, notamment pour les établissements culturels et les spectacles : « On va essayer d'aider au maximum les théâtres et cinémas à pouvoir avoir des reprogrammations plus tôt ».

Les indépendants peuvent donc bénéficier d'un fond d'aide, ainsi qu'un prêt garanti par l'état. Le dispositif actuel va être amélioré, a promis le président : « pour les indépendants, nous prenons actuellement jusqu'à 60% du chiffre d'affaires et 10 000 euros sur la France entière. Il va falloir améliorer ce dispositif. »

De plus, les secteurs les plus touchés par cette crise sanitaire et économique vont profiter du « chômage partiel à plein, 100% pour l'employeur, [Il] va être réactivé pour les secteurs que sont l'hôtellerie, la restauration, l'événementiel, la culture...». Il y aura également «un délai nouveau pour les prêts garantis de l'Etat (PGE)»

Le télétravail reste un outil important, mais qui ne peut pas être systématisé, selon le président. « Le télétravail, c'est un outil intelligent. Si c'est une règle nationale, parfois, on réisole les gens. Le télétravail, quand on a une résidence secondaire, c'est chouette. Quand on a un appartement, que les enfants sont à la maison, cela devient vite très dur. Il faut du bon sens. On a besoin que les entreprises fonctionnent, que les entreprises soient ouvertes, les professeurs soient en classe. Dans un bureau où il n'y a pas d'accès au public, on va plutôt inciter les gens à faire deux à trois jours de télétravail par semaine. Cela réduit un peu la pression collective. Il faut aussi que cela soit négocié dans les branches et au plus près de l'entreprise », a-t-il expliqué.

Les aides seront ajustées au niveau local : « dès vendredi, dans chacune de ces métropoles, nous allons relancer une concertation locale et améliorer la réponse économique avec tous ces secteurs », promet Emmanuel Macron.

Enfin, les bénéficiaires du RSA et des APL vont toucher une aide exceptionnelle massive, une augmentation de 150 euros, et 100 euros par enfant. De plus, le RSA est élargi aux jeunes de moins de 25 ans.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche