Coronavirus : perquisitions chez Véran, Philippe et Buzyn dans l'enquête sur la gestion de la crise

Par Alexandre G. · Publié le 15 octobre 2020 à 12h56 · Mis à jour le 15 octobre 2020 à 12h57
L'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn et l'actuel, Olivier Véran, ainsi que l'ancien Premier ministre Edouard Philippe ou encore le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, ont été perquisitionnés dans la matinée du jeudi 15 octobre 2020. C'est dans le cadre de l'enquête sur la gestion de la crise du Covid-19 que les policiers mandatés par la Cour de justice de la République ont fouillé leurs domiciles et bureaux.

Perquisitions en série chez les responsables de la gestion de la crise du Covid-19. Au lendemain de l'allocution du président de la République, les domiciles et bureaux d'Olivier Véran, Agnès Buzyn, Édouard Philippe, Jérôme Salomon et Sybeth Ndiaye ont été perquisitionnés. Dans le cadre de l'enquête ouverte par la Cour de justice de la République sur la gestion de la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19, les policiers mandatés ont mené leurs opérations jeudi 15 octobre au matin, "sans difficulté" précise une source proche du dossier à l'AFP. 

C'est le ministère de la Santé qui a annoncé la nouvelle dans un communiqué. Des perquisitions qui concernent essentiellement tous les responsables politiques et les personnalités de premier plan ayant eu pour mission la gestion de l'épidémie de Covid-19 en France, au plus fort de la crise sanitaire. Ainsi, on retrouve Édouard Philippe, ancien Premier ministre et désormais maire du Havre, ou encore l'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn. D'autres personnes comme Geneviève Chêne, directrice générale de Santé publique France, et Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, ont également été perquisitionnés, dans la même matinée. 

Concrètement, la Cour de justice de la République s'est appliquée à mener les perquisitions après avoir enregistré plusieurs plaintes depuis le début de la période. D'après les informations de France Bleu, ces plaintes proviennent d'étudiants, de médecins, mais aussi de proches de victimes du coronavirus. Sur les 90 plaintes adressées à l'encontre des ministres, l'instance a jugé seulement neuf plaintes recevables. Les différents plaignants sont auditionnés depuis le début du mois de septembre. Ce sont les gendarmes de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales qui ont mené les opérations.

Aussi, on rappelle que le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "homicides involontaires" ou "mise en danger de la vie d'autrui". Le collectif Victimes Coronavirus France, constitué de 200 personnes, a déposé une plainte mi-septembre à l'encontre de Jean Castex, puisque selon eux le gouvernement continue de "naviguer à vue" dans la lutte contre la pandémie. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche