Vaccin contre la Covid : une gestion des stocks "au mieux" pour les pharmaciens

Par Laurent P. · Publié le 26 décembre 2020 à 16h07 · Mis à jour le 26 décembre 2020 à 16h09
Alors que la campagne de vaccination contre la Covid doit débuter ce dimanche 27 décembre 2020 dans les Ehpads, beaucoup se demandent comment vont être gérés les stocks une fois les vaccins sortis des congélateurs... Une réponse apportée à nos confrères de Francetvinfo par Bruno Madeleine, président du conseil régional de l’Ordre des pharmaciens d’Île-de-France.

La gestion des vaccins contre la Covid, une tâche ardue pour les pharmaciens, à laquelle ils se préparent... Alors que la campagne de vaccination doit débuter demain dans plusieurs Ehpads de France, nos confrères de Francetvinfo se sont interrogés sur la gestion des doses du vaccin de chez Pfizer - le seul autorisé sur le territoire pour le moment - une fois sorti de leur congélateur. Et pour cause : celui-ci doit être administré avant cinq jours une fois décongelé, pour rester efficace. 

Une tâche qui va ainsi revenir aux pharmaciens, habitués à la distribution de vaccins sur le territoire. Concernant les Ehpads, c'est également eux qui fourniront les doses : "pour la première phase qui va s'adresser aux établissements qui accueillent des personnes âgées et leur personnel, ce sont les pharmacies qui ont l'habitude de délivrer les médicaments aux résidents qui vont être sollicités pour délivrer les doses de vaccin", a ainsi expliqué Bruno Madeleine, président du conseil régional de l’Ordre des pharmaciens d’Île-de-France. Trois quarts des établissements recevront ainsi le vaccin des officines, et le dernier quart viendra des plateformes nationales. Au total, 125 000 personnes devraient être vaccinées en Île-de-France à la fin 2020.

Un vaccin actuellement stocké dans des zones tenues secrètes, et qui devra être acheminé en toute sécurité jusqu'aux pharmacies, qui, elles aussi, devront être sécurisées pour éviter les vols : "Nous sommes très vigilants sur la sécurité des officines puisque depuis le début de l'année elles font l'objet de nombreux cambriolages", a par ailleurs rappelé Bruno Madeleine. Et de poursuivre : "On travaille avec les forces de police pour remonter les attaques qui ont lieu. On demande aussi une sécurité renforcée".

Du côté de la répartition des doses dans les pharmacies du pays, tout est également organisé : "les pharmaciens ont transmis une enquête adressée aux établissements concernés de façon à évaluer le nombre de personnes. Ensuite, les pharmaciens vont faire la demande auprès des plateformes de façon à recevoir exactement le nombre de doses nécessaires", ajoute le président du conseil régional de l’Ordre des pharmaciens d’Île-de-France. Il continue : "À partir du moment où les vaccins quittent les super congélateurs, on dispose de cinq jours pour administrer le vaccin".

Une gestion tout de même plus complexe que pour l'administration d'autres vaccins, en raison de sa conservation à très basse température : "cela demande une organisation très minutieuse", souligne Bruno Madeleine. Et de poursuivre : "on a, du fabricant, en passant par les répartiteurs et les pharmaciens, l'habitude d'avoir des produits de haute technicité. On essaiera d'ajuster au mieux le nombre de doses de façon à ce qu'il n'y ait pas de doses perdues puisque ces vaccins sont extrêmement importants". Il conclut : "On a tiré les conséquences des précédents loupés de façon à anticiper. Chacun à l'expérience pour la gestion de la crise".

Pour rappel, d'ici le mois de février 2021, au terme de cette première phase dans la campagne de vaccination nationale, plus d'un million de personnes devraient être vaccinées.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche