Covid : le maire de Colmar, Éric Straumann, réclame lui aussi un reconfinement par département

Par Cécile D. · Photos par Rizhlaine F. · Publié le 27 décembre 2020 à 11h52 · Mis à jour le 27 décembre 2020 à 11h53
Après les maires de Nancy et Reims, c'est au tour du maire de Colmar de demander des mesures pour reconfiner les départements les plus touchés par l'épidémie de Covid-19.

Invité sur France Info ce dimanche 27 décembre 2020, le maire LR de Colmar (Haut-Rhin, Alsace) Éric Straumann demande lui aussi au gouvernement d'autoriser des reconfinements locaux. Le maire souhaiterait confiner certains départements qui enregistrent de fortes contaminations. « Il faut aller plus dans le détail et reconfiner à l'échelle des départements », a expliqué Éric Straumann. « À l'intérieur des grandes régions, il y a des disparités très fortes d'un département à l'autre. »

Selon Éric Straumann, la situation sanitaire actuelle mérite une gestion plus précise : « lorsqu'on parle de reconfinement à l'échelle des régions, je n'y suis pas favorable, il faut aller plus dans le détail et reconfiner à l'échelle des départements. À l'intérieur des grandes régions, il y a des disparités très fortes d'un département à l'autre. On l'a constaté lors du premier confinement. On a fermé les Ardennes alors qu'elles avaient de très bons chiffres. On sait que probablement on va repartir vers des épisodes de reconfinement au mois de janvier et aussi longtemps que la météo n'aura pas changé et qu'il fera froid et humide », explique-t-il.

La météo est un élément majeur dans la propagation de l'épidémie d'après le maire de Colmar. Il compare le coronavirus à une grippe saisonnière, qui se multiplie lorsque le temps est froid et humide.

Si le département du Haut-Rhin supporte mieux la deuxième vague de la pandémie, c'est qu'il a été très touché lors de la première. « Le département a été l'un des plus touchés de France, c'est pour cette raison, probablement, qu'on a aujourd'hui moins de décès qu'ailleurs puisqu'il y a certainement un phénomène d'immunité collective qui a joué sur la marge », analyse Éric Straumann.

Malgré cette baisse de décès, et les nombreuses places vides dans les services de réanimation des hôpitaux du département, les services de médecine générale commencent à être sous tension très forte, selon le maire. Il demande donc des mesures rapides et adaptées localement pour éviter que la situation ne dégénère. 

Olivier Véran avait exclu un reconfinement dès le 26 décembre, comme le demandaient d'autres maires, mais il reste ouvert à un troisième confinement dans les semaines ou les mois à venir. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche