Covid : la Colchicine inefficace chez les malades hospitalisés selon l'essai Recovery

Par Laurent P. · Publié le 20 mai 2021 à 11h19 · Mis à jour le 20 mai 2021 à 11h43
La Colchicine inefficace sur les malades du Covid déjà hospitalisés ? C'est la conclusion à laquelle est arrivé l'essai Recovery dans une étude publiée mardi 18 mai, expliquant que l'utilisation de ce traitement "n'est pas associée à une réduction de la mortalité (...), de la durée d'hospitalisation ou du risque d'être placé sous ventilation mécanique". Une molécule pourtant prometteuse selon une étude de l’Institut de cardiologie de Montréal, qui expliquait en mars 2020 que la Colchicine pouvait être efficace contre la Covid selon les premiers résultats d'un essai clinique.

La Colchicine ne serait finalement pas le médicament miracle pour réduire la mortalité due au Covid... C'est en tout cas la conclusion à laquelle sont parvenus les scientifiques travaillant au sein du vaste essai clinique britannique Recovery, expliquant dans une étude publiée en pre-print lundi 17 mai que l'utilisation de la Colchicine "n'est pas associée à une réduction de la mortalité (...), de la durée d'hospitalisation ou du risque d'être placé sous ventilation mécanique".

Un essai réalisé sur 11 000 patients, divisé en deux groupes - un ayant reçu le traitement et un autre un placébo - et qui, "malheureusement", n'a apporté "aucune preuve d'un bénéfice clinique", a ainsi expliqué Peter Horby, l'un des responsables de Recovery, sur Twitter. "Il y avait de bonnes raisons de penser que cela pourrait marcher (...), mais nous avons déterminé que la colchicine n'était pas efficace", indique de son côté Martin Landray, un autre responsable de Recovery.

Une efficacité qui avait déjà été remise en question en janvier dernier, après la publication d'un communiqué de l’Institut de cardiologie de Montréal expliquant le contraire. Ce qui posait problème, c'est surtout le fait que les données issues de l'essai clinique mené en mars 2020 n'étaient pas disponibles pour tout chercheur voulant contrôler les résultats, ayant seulement été évoqué dans un communiqué de presse. Autre problème : le fait que 329 participants à l'essai clinique aient été écartés de l'étude sans explication apparente, sur les 4488 évoqués par l'institut.

Mais petit rappel des faits : en mars 2020, l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) mène une étude, intitulée Colcorona, autour d'un traitement, semble-t-il, efficace contre la maladie. "Nous sommes heureux d'offrir le premier médicament oral au monde dont l'utilisation pourrait avoir une incidence importante sur la santé publique", annonce ainsi Jean-Claude Tardif, principal auteur de l'étude. Il s'agit de la Colchicine, "un puissant anti-inflammatoire avec un bon profil de sécurité déjà utilisé pour le traitement de la goutte", explique Guy Boivin, microbiologiste-infectiologue au CHU de Québec et associé à l'essai clinique.

Une molécule connue également pour traiter la chondrocalcinosemaladie qui se caractérise par le dépôt de cristaux de pyrophosphate de calcium sur les articulations, ainsi que d'autres infections plus rares comme la fièvre méditerranéenne familiale et la maladie de Behçet.

En quoi a consisté l'essai clinique de mars 2020 ? Celle-ci a été menée sur 4488 patients aux États-Unis, en Afrique du Sud, en Espagne, au Canada et au Brésil. Une étude qui a compris deux groupes, l'un recevant la Colchicine en traitement, l'autre recevant un placébo, le tout en double-aveugle (ni les patients ni les médecins ne savaient qui recevaient quoi).

Selon le communiqué dévoilé par l'Institut, "la colchicine a réduit de 21 % le risque de décès ou d'hospitalisations chez les patients atteints de Covid-19 comparativement au placébo". Sur les 4159 patients ayant été testés positifs au virus, via PCR, "la colchicine a entraîné des réductions des hospitalisations de 25 %, du besoin de ventilation mécanique de 50 % et des décès de 44 %", explique l'étude.

Des travaux qui n'étaient donc pas suffisants pour attester de l'efficacité du traitement. De plus, aucune information sur le profil des volontaires, pour vérifier si le médicament est bien efficace ou si une autre raison est à l'origine des résultats. Quoiqu'il en soit, l’Institut de cardiologie de Montréal a indiqué à nos confrères du Parisien qu'une publication devait arriver, étant "en rédaction", et donc bientôt consultable par les scientifiques.

On rappelle également que le 5 mars dernier, selon nos confrères de RTL, les chercheurs de l'essai Recovery émettaient déjà des doutes sur l'efficacité de ce traitement contre le Covid et avaient décidé d'interrompre la partie de l'essai dédié à ce médicament.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche