Covid : un premier impact positif de la vaccination se fait sentir en Ehpad

Par Cécile D. · Publié le 22 février 2021 à 12h53 · Mis à jour le 22 février 2021 à 12h54
Près de deux mois après le début de la campagne de vaccination en France, des premiers effets positifs se font sentir, en particulier dans les Ehpad. Un phénomène qui suscite de l'espoir dans cette lutte contre la Covid-19, qui semble sans fin.

Serait-ce le bout du tunnel qui s'annonce ? Invitée sur le plateau de France Info ce lundi 22 février 2021, l'infectiologue Odile Launay, membre du comité vaccin Covid-19, affirme que la campagne de vaccination commence à porter ses fruits dans certains milieux. Selon la spécialiste, « on commence à avoir un impact positif [de la vaccination] en Ehpad. Il semble bien qu’on commence à avoir les premiers effets sur les infections dans ces populations fragiles. »

Une bonne nouvelle qu'elle souhaite cependant nuancer : le nombre de personnes vaccinées est bien trop faible pour constater un effet au niveau national. Pour vaincre le virus, la population française doit se faire vacciner massivement, et respecter scrupuleusement les gestes barrière en attendant d'être protégée.

Odile Launay explique que « la seule façon de faire diminuer la circulation du virus, c'est de limiter au maximum les interactions et finalement, les occasions pour les personnes de se retrouver entre elles. Donc le confinement, ou en tous les cas, limiter au maximum les interactions, c'est la seule possibilité aujourd'hui qu'on ait à notre disposition, puisqu'on n'a pour l'instant pas suffisamment de vaccins pour avoir un impact sur cette épidémie. »

En revanche, dans les catégories de population où les deux doses de vaccin ont pu être injectées, on peut déjà constater une bonne protection immunitaire. « On commence à avoir un impact positif [de la vaccination] en Ehpad. Il semble bien qu’on commence à avoir les premiers effets sur les infections dans ces populations fragiles », se réjouit l'infectiologue.

Cet impact reste limité : une toute petite partie de la population française a pu être vaccinée, et les jeunes n'ont font pas partie. « On a choisi de vacciner en priorité les plus âgés, un choix qui se conçoit puisque c'est les plus fragiles. Mais malgré tout, on n'a pas d'impact sur la circulation du virus (...). On n'a pas d'impact sur les plus jeunes, donc on n'a pas d'impact sur la circulation », explique Odile Launay.

Il faut donc faire preuve de patience et rester prudent, afin que les effets des vaccins soient assez forts pour retrouver une vie plus normale.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche