Covid : les chats peuvent-ils être porteurs du virus ?

Par Cécile D. · Publié le 4 mars 2021 à 13h09 · Mis à jour le 5 mars 2021 à 12h11
Une intelligence artificielle britannique a identifié 126 hôtes potentiels du Covid-19. Dans la liste des suspects, on retrouve les chats, qui seraient particulièrement perméables à ces virus.

Les chats peuvent-ils être à l'origine de la future pandémie ? Peuvent-ils nous transmettre la Covid-19 ? Les scientifiques estiment que le coronavirus serait d'origine animale, même s'ils n'ont pas encore réussi à identifier le fautif. Cependant, nombre d'entre eux ont également prévenu que des épidémies de ce genre pourraient se multiplier à l'avenir, en raison des contacts avec la faune sauvage et le bétail.

Pour se préparer à de telles éventualités, des scientifiques de l'université de Liverpool (Angleterre) ont conçu une intelligence artificielle capable de repérer les animaux susceptibles de donner naissance à des virus mortels et hautement contagieux pour l'Homme.

Suite à cette expérimentation, les chercheurs ont publié une étude parue dans la revue Nature Communications en février 2021. On y découvre que, parmi les animaux potentiellement dangereux, se trouve le chat, mais aussi le vison, le hérisson, le lapin de garenne ou encore les chauves-souris.

L'un des scientifiques impliqués dans cette étude, le virologue Marcus Blagrove, a expliqué la démarche de le recherche à la BBC. « Nous voulons savoir d’où pourrait venir le prochain coronavirus. L’une des façons dont ils peuvent se développer est par recombinaison de deux coronavirus existants : deux virus infectent la même cellule et ils se recombinent en un virus "enfant" qui serait une nouvelle souche ».

Dans l'article de Nature Communications, les scientifiques précisent qu'il « y a 30 fois plus de mammifères chez qui pourrait se produire une recombinaison du Sars-CoV-2 et 40 fois plus d’espèces susceptibles d’avoir au moins quatre formes de coronavirus en eux que ce qui a été observé à ce jour. » Ils concluent ainsi que le nombre d’animaux sauvages et domestiques pouvant être à l'origine d'une nouvelle pandémie a été dangereusement sous-estimé.

Pour identifier ces éventuelles menaces, l'équipe de chercheurs a fourni des données biologiques sur les virus connus et sur les mammifères à une intelligence artificielle. Cette dernière a alors calculé la probabilité pour chaque espèce de mammifère de contracter le virus, mais aussi quelle espèce peut assurer le rôle d'hôte pour plusieurs coronavirus. Résultat : 126 hôtes potentiels ont été identifiés.

Parmi eux, et à notre grand regret, le chat. Ces petites bestioles si douces et appréciées peuvent héberger, selon l'algorithme, 65 coronavirus, dont le Sars-CoV-2 (que l'on connaît mieux sous le nom de Covid-19).

Avec un tel degré de risque, les chats sont en haut de la liste des menaces potentielles. Pas de panique cependant : Marcus Blagrove nous rassure en expliquant que « tout ce qu’on fait, c’est indiquer dans quels animaux cela peut se produire. Calculer le risque effectif est infiniment plus complexe. »

Sa collègue Maya Wardeh, autrice principale de l’étude, admet sur le plateau de France 24 que ces résultats ne signifient pas forcément que chaque animal listé va devenir un danger viral. « Ça ne veut pas dire qu'il faut arrêter de caresser son chat !Évidemment que ces conclusions ne sont pas justes à 100 % », apaise la chercheuse. Cette étude permet simplement d'établir une liste des animaux à surveiller. De plus, tous les coronavirus ne sont pas mortels : certains ne sont pas plus dangereux que des rhumes.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche