Covid : « pas d'embellie à espérer » d'ici fin mai en France, selon une épidémiologiste de l'Inserm

Par Caroline J. · Photos par My B. · Publié le 19 avril 2021 à 12h58 · Mis à jour le 19 avril 2021 à 16h30
Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé une levée progressive des restrictions de voyages début mai, Dominique Costagliola, épidémiologiste à l'Inserm, a indiqué sur France Inter que la situation actuelle ne permet pas « d'espérer une embellie proche », ou même une « baisse quelconque » d'ici la fin mai dans le pays.

Certaines terrasses et certains lieux culturels pourront-ils rouvrir à la mi-mai, comme l’ont évoqué Emmanuel Macron et Gabriel Attal ? Il y a quelques jours, Alain Fischer a confié ne pas savoir si cet objectif sera tenu. Même avis pour Dominique Costagliola. L'épidémiologiste et directrice de recherches à l'Inserm s’est elle aussi montrée pessimiste quant à ce calendrier. Invitée sur France Inter le 19 avril 2021, cette dernière estime que l'épidémie est actuellement sur un « plateau haut » en France avec "environ 30 000 cas par jour".

« Que ce soit à l'hôpital, en réanimation, ou pour les nouveaux cas, il semble que l'on soit sur un plateau haut », a-t-elle indiqué, précisant : « il faut noter qu'il y a eu une baisse importante du nombre de tests, en particulier chez les personnes de moins de 19 ans, ce qui rend difficile l'interprétation des données ».

En raison de ce plateau haut, Dominique Costagliola estime que la situation actuelle ne permet pas « d'espérer une embellie proche », ou même une « baisse quelconque » d'ici fin mai, « d'autant moins que les écoles primaires vont rouvrir à partir du 26 (avril, ndlr), et les collèges et lycées la semaine suivante » a rappelé l’épidémiologiste sur France Inter.

 

Aussi, en raison de la réouverture prochaine des écoles, la directrice de recherches à l'Inserm recommande des mesures supplémentaires dans les établissements scolaires afin d’éviter un risque de nouvelles contaminations. Parmi ces mesures ? La « vaccination du personnel » ou bien l’aération. « Ce sont des choses qui n'ont toujours pas été faites jusque-là. Le protocole prévu à la réouverture est allégé par rapport à quand on les a fermées. Il n'y a aucune logique dans ces décisions », a-t-elle alerté.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche