Covid : le Royaume-Uni lance une vaste étude sur l'administration d'une troisième dose de vaccin

Par Laurent P. · Publié le 20 mai 2021 à 13h43 · Mis à jour le 20 mai 2021 à 13h44
Le Royaume-Uni a annoncé lancer en juin 2021 un vaste essai clinique pour déterminer quelle protection apportaient les vaccins contre le Covid actuellement sur le marché en cas de troisième dose, en examinant la réponse immunitaire suscitée par celle-ci. Une étude en vue d'une campagne de rappels dans le pays, dans lequel le variant indien progresse et inquiète les autorités.

La troisième dose de vaccin, en vue d'un rappel, bientôt à l'étude. Voilà ce qu'annonçait le gouvernement britannique mercredi 19 mai en lançant un essai clinique, qui doit débuter en juin prochain, dans le but d'évaluer la réponse immunitaire engendrée par cette nouvelle dose, issue de nombreux vaccins actuellement sur le marché.

Pays le plus touché d'Europe avec plus de 128 000 décès, le Royaume-Uni a lancé une campagne de vaccination agressive depuis le début de l'année 2021 dans le but d'atteindre le plus rapidement possible une immunité collective qui pourrait aujourd'hui être menacée par l'arrivée du variant indien sur le territoire. Pour pallier toutes les éventualités, une campagne de rappels a ainsi été programmée à l'automne, d'où ce nouvel essai clinique.

Au total, 2886 volontaires intégralement vaccinés doivent participer à cette étude qui doit examiner les effets de sept vaccins différents, celui d'AstraZeneca, de Pfizer/BioNTech, de Moderna, de Novavax, de Valneva, de Johnson & Johnson ou encore celui de Curevac. Un essai clinique financé par l'état britannique à hauteur de 19,3 millions de livres, soit un peu plus de 22 millions d'euros. Les résultats sont attendus en septembre.

Avec cet essai, le gouvernement espère maintenir une longueur d'avance sur l'épidémie grâce à la vaccination. Depuis quelques semaines, le pays se déconfine progressivement avec une première étape très symbolique, la réouverture des pubs qui a eu lieu mi-avril. Mais depuis plusieurs jours, le variant indien vient semer le trouble et pourrait obliger le gouvernement à rétropédaler sur les mesures de déconfinement, au vu de sa progression sur le territoire. Selon Matt Hancock, ministre britannique de la Santé, plus de 2900 cas ont été recensés à ce jour, notamment dans le nord-ouest du pays et à Londres. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche