Covid : les pédiatres demandent la fin du port du masque en intérieur pour les élèves de primaire

Par Cécile D. · Publié le 22 juin 2021 à 11h00 · Mis à jour le 22 juin 2021 à 11h00
Plusieurs sociétés de pédiatrie interpellent le gouvernement et demandent de lever l'obligation du port du masque en intérieur dans les écoles de primaire. Les soignants mettent en avant la "pénibilité" de ce masque imposé aux enfants en période de forte chaleur.

La semaine précédente s'était achevée sur une note joyeuse : le 17 juin, le gouvernement annonçait que les masques étaient désormais optionnels dans les cours d'école. Une décision approuvée par la Haute autorité de la Santé. L'exécutif précisait cependant que ce masque restait obligatoire dans les salles de classe pour les adultes et les enfants de plus de 6 ans.

Une décision qui a fait rapidement réagir les pédiatres. Ces soignants ont publié, le 17 juin, un communiqué interpellant le gouvernement. Les professionnels estiment qu'il « est temps de rendre le sourire à nos enfants ! Ainsi, la communauté médicale pédiatrique demande qu’à ce stade de la pandémie, les enfants scolarisés en primaire puissent être dispensés dès aujourd’hui du port du masque à l’école, y compris en intérieur. »

Co-signé par la Société française de pédiatrie, l'Association française de pédiatrie ambulatoire et le Conseil national professionnel de pédiatrie, ce communiqué insiste sur « la pénibilité de cette mesure devenue inutile alors que des fortes chaleurs sont attendues dans les prochaines semaines ».

Les pédiatres reconnaissent l'importance que cette mesure a pu avoir en octobre 2020, lors de la deuxième vague épidémique. Cependant, ils assurent que le port du masque obligatoire pour les enfants est désormais superflu, citant en exemple la Belgique et l'Angleterre, qui ont "libéré" les plus jeunes de cette contrainte depuis plusieurs semaines déjà.

« Terminer l’année scolaire « démasqués » serait également un message positif et apaisant pour des enfants très peu concernés par les effets directs de la COVID mais qui  ont pourtant subi fortement les effets indirects sur leur santé mentale », ajoutent encore les pédiatres, qui espèrent que la fin de cette année scolaire permettra le retour des sourires et de l'insouciance des enfants.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche