Covid : le gouvernement prépare la fermeture des centres de vaccination

Par Cécile D. · Publié le 15 septembre 2021 à 10h01
Après près de huit mois d'activités, les centres de vaccination vont bientôt fermer leurs portes en France. Le gouvernement se prépare à passer le relai aux médecins libéraux et aux pharmaciens.

Ils ont fleuri dans toute la France en quelques semaines seulement : plus de 800 centres de vaccination ont été déployés partout dans le pays pour vacciner rapidement la population contre le Covid-19 depuis décembre 2020. Et avec près de 50 millions de doses injectées, les centres n'ont pas chômé pendant ces longs mois. 

Centres commerciaux, places centrales, salles polyvalentes, espaces d'exposition, complexes sportifs, et même monuments historiques : de nombreux lieux ont été réquisitionnés par la campagne vaccinale. Cependant, ces centres de vaccination n'ont pas été prévus pour durer.

Cet été déjà, du 5 juillet au 29 août, près d'un quart des centres de vaccination de la région ont fermés. Pour éviter de tourner à vide pendant les grandes vacances, les ARS avaient reçu pour consigne de s'adapter aux départs en vacances en réduisant leur offre vaccinale : il s'agit de proposer des rendez-vous à tous ceux qui souhaitent se faire vacciner, tout en respectant les vacances des soignants et la volonté des municipalités de récupérer les locaux mis à disposition pour la vaccination.

Les centres de vaccination disparaissent donc peu à peu du paysage. Le gouvernement est en train d'organiser leur fermeture définitive. Ces centres pourraient disparaître cet automne, ou au plus tard en février 2022, espère l'exécutif.

Le ministère de la Santé a expliqué à l'AFP, mardi 14 septembre, que le rythme des vaccinations ralenti. Une majorité de personnes est vaccinée en France, ces grands centres ne sont plus nécessaires. La charge de la vaccination est donc en train d'être basculée vers les pharmaciens et les médecins libéraux. Le gouvernement organise ce passage de relai, qui pourrait prendre entre un à six mois.

La campagne de rappel vaccinal devrait donc être gérée par ces médecins et pharmaciens, qui ont eux-mêmes contribués à la campagne de primo-vaccination depuis plusieurs mois.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche