Covid : près d'un quart des centres de vaccination ferment cet été en Île-de-France

Par Cécile D. · Publié le 22 juin 2021 à 14h27 · Mis à jour le 22 juin 2021 à 14h27
L'ARS Île-de-France a indiqué, ce 22 juin, que près d'un quart des centres de vaccination de la région fermeraient cet été. L'organisme a choisi de baisser l'offre de vaccination en prévision des vacances et des départs de nombreux Franciliens.

Lorsque la vaccination s'ouvrait peu à peu aux Français, les centres de vaccination étaient pris d'assaut : difficile de trouver un rendez-vous sans passer des heures à rafraîchir la page de Doctolib. Après cette frénésie, et à l'approche des vacances, les centres de vaccination retrouvent une activité plus calme. Parfois trop calme.

Ce 22 juin, l'ARS Île-de-France a annoncé à l'AFP que près d'un quart des centres de vaccination de la région seraient fermés en juillet et août. Les ARS ont reçu pour consigne de s'adapter aux départs en vacances en réduisant leur offre vaccinale : il s'agit de proposer des rendez-vous à tous ceux qui souhaitent se faire vacciner, tout en respectant les vacances des soignants et la volonté des municipalités de récupérer les locaux mis à disposition pour la vaccination.

Ainsi, en Île-de-France, « l'offre vaccinale devrait être maintenue à hauteur de 82% des capacités d'injections et de 77% du nombre de centres » entre le 5 juillet et le 29 août. Tous les centres de Seine-Saint-Denis devraient rester ouverts et pourraient proposer des « opérations spéciales » pendant l'été. A l'inverse, dans les Yvelines, seuls 42% des centres existants continueront leur activité.

Tous les départements vont devoir s'adapter : la proportion de centres restant ouverts cet été baisse à 85% dans le Val-de-Marne et le Val-d'Oise. Ailleurs, cette proportion baisse : 74% en Seine-et-Marne, 73% dans l'Essonne, 70% à Paris et 62% dans les Hauts-de-Seine.

Cependant, la campagne vaccinale ne s'arrête pas pendant l'été : l'ARS prévoit plusieurs opérations pour aller au-devant des Français en proposant des espaces de vaccination dans les « espaces très fréquentés », comme la Canopée du Forum des Halles. L'organisme cible également certains profils, qui se sont moins déplacés pour se faire vacciner : femmes enceintes, étudiants, travailleurs migrants ou précaires, chauffeurs-livreurs...

Dans le même temps, l'ARS poursuit sa campagne de dépistage et prévoit des interventions sur les aires d'autoroutes. L'agence veut aussi distribuer 315 000 autotests dans des « secteurs à risque » comme les hôtels, les campings ou les bases de loisirs.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche