Vaccination obligatoire pour tous les adultes : un sujet qui alimente les débats

Par Cécile D., Caroline J. · Publié le 4 juillet 2021 à 18h00 · Mis à jour le 4 juillet 2021 à 18h00
La Cour européenne des droits de l’Homme, la Haute Autorité de la Santé, le Sénat, le ministère de la Santé, François Bayrou... Tous évoquent de plus en plus la possibilité de rendre la vaccination obligatoire pour les adultes en France.

La vaccination contre le Covid-19 va-t-elle devenir obligatoire ? C'est en tout cas ce que semblent souhaiter de plus en plus d'instances de santé et d'organes décisionnels en France. Ce dimanche 4 juillet 2021, sur le plateau du Grand jury RTL/LCI/Le Figaro, François Bayrou s’est dit favorable à la vaccination obligatoire pour tous. “La vaccination, c’est la seule digue contre ce qui nous pend au nez, ce qui menace d’arriver, qu’il y ait une quatrième vague, pourquoi pas une cinquième vague. J’ai toujours pensé que ça finirait par la décision collective de rendre la vaccination obligatoire, comme les onze vaccinations qu’on donne au bébé à la naissance”, a expliqué le patron du MoDem, avant d’ajouter : "Je ne connais pas de décisions importantes qui n'aient pas provoqué de mouvement d'hostilité mais la grandeur, la responsabilité d'un dirigeant, c'est de dire : "Ecoutez, en conscience, j'ai consulté, travaillé, réfléchi sur ce sujet, en conscience, je vous dis que c'est ce qu'il faut faire".

Le 1er juillet 2021, lors d'une session au Sénat, plusieurs parlementaires ont eux aussi préconisé de rendre la vaccination obligatoire pour les 24-59 ans. Puis, le vendredi 2 juillet, la présidente du collège de la Haute autorité de Santé s'est elle déclarée en faveur d'une vaccination obligatoire pour tous les Français de plus de 12 ans.

Plusieurs fois, Emmanuel Macron et ses ministres se sont prononcés contre cette obligation. Depuis plusieurs semaines, Olivier Véran tente cependant d'inciter les soignants à se faire vacciner, laissant entendre qu'ils pourraient y être forcés en septembre.

Pour certains experts, le gouvernement devra se résoudre à rendre la vaccination obligatoire si le nombre de personnes vaccinées n'augmente pas suffisamment. Dominique Le Guludec, présidente du collège de la Haute autorité de Santé, a donc déclaré sur BFMTV-RMC ce vendredi 2 juillet qu'en « fonction de la situation épidémique, en fonction du taux de vaccination qu'on aura atteint, il faudra l'envisager » pour les plus de 12 ans en général. L'experte ne veut pas « stigmatiser les soignants, qui ont quand même beaucoup donné dans cette crise » mais elle insiste sur la nécessité de vacciner le plus de monde possible.

« On a une arme. On a le choix de se retrouver à l’automne dans la situation de l’année dernière avec un pic épidémique et des restrictions sanitaires ou on a le choix d’aller se faire massivement vacciner. Je ne peux qu’exhorter tout le monde à se faire vacciner parce qu’aujourd’hui on a une chance inouïe d’avoir des vaccins qui marchent contre les variants », insiste-t-elle encore.

Même son de cloche au Sénat la veille. « 34 millions de Français ont reçu une dose. C’est insuffisant, il en faut 10 millions de plus », a affirmé Bernard Jomier, médecin généraliste et sénateur de Paris. Le parlementaire et ses collègues veulent promouvoir la stratégie "aller vers" : une campagne de vaccination qui se déplace vers les endroits et les populations les moins protégées.

Public Sénat rapporte également le message relayé par de nombreux sénateurs : « La vaccination des soignants est légitime. Mais son impact n’est pas de nature à changer totalement l’épidémie. Les 18-59 ans sont très contributifs à la circulation du virus. Une décision doit être prise d’ici mi-juillet », a ajouté Bernard Jomier, qui milite pour la vaccination obligatoire des 24-59 ans. Les sénateurs demandent « la saisine en urgence du Haut Conseil de la santé publique et de la Conférence nationale de santé, afin que l’avis de ces deux organismes […] puisse asseoir la légitimité des décisions à venir. »

« Il faut renforcer l’incitation, mais la question de l’obligation vaccinale n’est pas un tabou, et n’est pas une atteinte aux libertés individuelles », a insisté le sénateur Bernard Jomier.

Selon un sondage Odoxa-Backbone consulting pour France Info et Le Figaro, publié le 1er juillet, 58% des personnes interrogées se sont déclarées favorables à la vaccination obligatoire contre le Covid-19 pour l'ensemble de la population. En novembre 2020, ce pourcentage n'était qu'à 38%. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche