Élysée - sorties & activités

Cycle Molière au Château de Versailles pour les 400 ans de sa naissance : la programmationCycle Molière au Château de Versailles pour les 400 ans de sa naissance : la programmationCycle Molière au Château de Versailles pour les 400 ans de sa naissance : la programmationCycle Molière au Château de Versailles pour les 400 ans de sa naissance : la programmation

L'Elysée refuse l'entrée de Molière au Panthéon pour le 400e anniversaire de sa naissance

Malgré les nombreuses demandes pour faire entrer le dramaturge Molière au Panthéon, l'Elysée a refusé, arguant que ce serait "rompre avec cette histoire républicaine et patriotique". Cette décision intervient peu avant le 400 anniversaire de la naissance de Jean-Baptiste Poquelin.
Paris : l'Elysée veut renommer la station de métro Gaîté en l'honneur de Joséphine BakerParis : l'Elysée veut renommer la station de métro Gaîté en l'honneur de Joséphine BakerParis : l'Elysée veut renommer la station de métro Gaîté en l'honneur de Joséphine BakerParis : l'Elysée veut renommer la station de métro Gaîté en l'honneur de Joséphine Baker

Paris : l'Elysée veut renommer la station de métro Gaîté en l'honneur de Joséphine Baker

Joséphine Baker entre au Panthéon le 30 novembre 2021. Pour continuer à honorer sa mémoire et ses actions, l'Elysée souhaite ajouter son nom à la station de métro Gaîté, sur la ligne 13.
Violences policières et "sécurité globale" : Macron réunit l'exécutif et la majorité parlementaireViolences policières et "sécurité globale" : Macron réunit l'exécutif et la majorité parlementaireViolences policières et "sécurité globale" : Macron réunit l'exécutif et la majorité parlementaireViolences policières et "sécurité globale" : Macron réunit l'exécutif et la majorité parlementaire

"Sécurité globale" : "réécriture complète de l'article 24" précise Castaner, Macron recadre Darmanin

Après la forte mobilisation de samedi dernier contre le projet de loi sécurité globale et les violences policières, le président de la République a demandé des "propositions" à son gouvernement et au Parlement. Ce lundi 30 novembre 2020, après une réunion avec les responsables de la majorité et les ministres concernés pour plancher sur des réponses concrètes à apporter au contexte de crise sociale et politique, les chefs des groupes parlementaires ont annoncé à l'occasion d'une conférence de presse la "suspension" de l'article 24, avant une réécriture intégrale du texte.