Théâtre des déchargeurs - sorties & activités

L'Homme assis dans le couloir aux DéchargeursL'Homme assis dans le couloir aux DéchargeursL'Homme assis dans le couloir aux DéchargeursL'Homme assis dans le couloir aux Déchargeurs

L'Homme assis dans le couloir aux Déchargeurs

Au Théâtre des Déchargeurs est présenté du 18 juin au 6 juillet 2019 une adaptation d'un texte de Marguerite Duras, L'Homme assis dans le couloir.
Ismaël Saidi dans "Tribulations d'un musulman d'ici"Ismaël Saidi dans "Tribulations d'un musulman d'ici"Ismaël Saidi dans "Tribulations d'un musulman d'ici"Ismaël Saidi dans "Tribulations d'un musulman d'ici"

Ismaël Saidi dans Tribulations d'un musulman d'ici aux Déchargeurs

Ismaël Saidi, l'auteur de la pièce "Djihad", se produira au théâtre des Déchargeurs avec son seul en scène "Tribulations d'un musulman d'ici" à partir du 10 septembre 2018.
I feel good : reprise aux Déchargeurs !I feel good : reprise aux Déchargeurs !I feel good : reprise aux Déchargeurs !I feel good : reprise aux Déchargeurs !

I feel good : reprise aux Déchargeurs !

Du 21 février au 18 mars 2017 découvrez au Théâtre des Déchargeurs une jolie comédie sous morphine... le temps d'un évanouissement de 29 secondes !
batman contre robespierrebatman contre robespierrebatman contre robespierrebatman contre robespierre

Batman contre Robespierre au Théâtre des Déchargeurs

Jusqu'au 29 octobre 2016, le Théâtre des Déchargeurs présente Batman contre Robespierre, "spectacle à caractère parodique sans aucun rapport avec le personnage marque déposé de la société DC Comics".
La Traversée de la nuit au théâtre des Déchargeurs : notre critique La Traversée de la nuit au théâtre des Déchargeurs : notre critique La Traversée de la nuit au théâtre des Déchargeurs : notre critique La Traversée de la nuit au théâtre des Déchargeurs : notre critique

La Traversée de la nuit au théâtre des Déchargeurs : notre critique

La Traversée de la nuit est un spectacle sur le témoignage de la résistante Geneviève de Gaulle, joué au théâtre des Déchargeurs du 12 janvier au 30 mai 2015. Une mise en scène extrêmement minimaliste et un texte difficile : un monologue tout en grisaille.