Éphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana dans le tunnel du Pont de l'Alma

Par Manon C. · Mis à jour le 31 août 2021 à 16h48 · Publié le 30 août 2021 à 20h19
Le 31 août 1997, au terme d'une course-poursuite effrénée dans les rues de Paris avec des paparazzi, la princesse Lady Diana meurt dans un tragique accident de voiture, dans le tunnel du Pont de l'Alma.

Le dimanche 31 août 1997, au terme d'une course-poursuite avec des paparazzi, Lady Diana, Princesse de Galles, perdait la vie dans un terrible accident de voiture dans le tunnel du Pont de l'Alma, en plein coeur de Paris. Un drame pour la monarchie britannique et un choc pour le monde entier. 

Séparé de son époux, le prince Charles, depuis un an, Lady Di passe, à l'été 1997, ses vacances autour de la Méditerranée en compagnie de son nouveau conjoint, le producteur de cinéma égyptien Hemad Fayed dit Dodi Al-Fayed, sous le crépitement des flashs des paparazzi constamment à leurs trousses. 

Le 30 août, le couple de jeunes tourtereaux atterrit à Paris en jet privé depuis Olbia, en Sardaigne, où il avait passé la fin de ses vacances, et se rend au Ritz pour se reposer et diner au restaurant L'Espadon ; le propriétaire du palace parisien n'étant autre que le milliardaire égyptien Mohamed Al-Fayed, père de Dodi Al-Fayed. Mais déjà, les paparazzi guettent leurs moindres faits et gestes en dehors de l'hôtel. 

A 00h10, dans la nuit du 31 août 1997, la "Princesse des coeurs" et son amant décident de quitter discrètement le Ritz par une porte arrière. Pour faire diversion, le couple laisse sa propre voiture garée devant le palace et monte à bord d'une Mercedes-Benz W140, propriété de la compagnie Étoile Limousines et louée par l'hôtel. Le garde du corps, Trevor Rees-Jones, s'assied à l'avant, côté passager, tandis que la princesse Diana et Dodi Al-Fayed s'installent à l'arrière du véhicule. 

Pour les exfiltrer, Henri Paul, le chef de la sécurité du Ritz, qui avait quitté son service quelques heures plus tôt, est rappelé sur place et s'installe au volant de cette Mercedes qui, on l'apprendra par la suite, était une épave précédemment accidentée, condamnée à la casse, et qui n'aurait jamais dû retourner sur la route. Le trajet en direction de l'appartement parisien de Dodi Al-Fayed, au 1 rue Arsène-Houssaye dans le 8e arrondissement, ne doit durer que cinq minutes. Mais la horde de paparazzi rôde dans les parages et comprend très vite le subterfuge. 

Pour venir à bout des photographes à motos et en voitures qui les suivent voire qui les précèdent déjà, Dodi Al-Fayed demande à Henri Paul de modifier l'itinéraire planifié et d'emprunter des petits carrefours et des rues moins éclairées pour rendre plus difficiles les prises de vue des paparazzi. La voiture roule rue de Rivoli, traverse la place de la Concorde puis, au lieu d'emprunter les Champs-Elysées, bifurque et s'engage à toute allure sur la voie Georges-Pompidou, le cours-la-Reine et le cours Albert-Ier. 

Éphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'AlmaÉphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'AlmaÉphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'AlmaÉphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'Alma

Mais alors que le quatuor croit avoir semé ses poursuivants, voilà que ces derniers refont surface. La Mercedes s'engouffre alors dans le tunnel situé sous le Pont de l'Alma à une vitesse estimée entre 118 et 155 km/h et manque de s'encastrer dans une Fiat Uno qui roule à 50 km/h sur la file de droite, accrochant le pare-choc arrière de celle-ci.

Déstabilisée, la voiture de Lady Di effleure le troisième pilier qui sépare les deux voies du tunnel avant de percuter de plein fouet le treizième pilier en béton armé, à 00h26. Henri Paul, dont on apprendra plus tard qu'il roulait avec 1,82 g/l d'alcool dans le sang et sous l'emprise de médicaments, est tué sur le coup ; le klaxon, enfoncé par le corps inerte du chauffeur, retentissant sans discontinuer. 

Arrivé six minutes après l'accident, le SAMU retrouve Lady Diana toujours vivante, recroquevillée entre les deux sièges, dans le coma. Le garde du corps, Trevor Rees-Jones, est grièvement blessé. Seul survivant de l'accident, il n'en gardera aucun souvenir. Tandis que la police tente de maintenir à distance les paparazzi qui photographient la scène de l'accident, les soignants essaient de réanimer sur place la princesse. Il faut près d'une heure pour la désincarcérer, son pied droit étant coincé sous un siège. Son compagnon est déclaré mort sur les lieux du drame, à 1h30 du matin, après un massage cardiaque qui ne permet pas de le réanimer. 

Transportée dans un état très grave à l'hôpital de la Salpêtrière, souffrant de blessures à la tête, à la poitrine, à la fesse droite et au bras droit, Lady Diana est victime d'un choc hémorragique, suivi d'un arrêt cardiaque. Une hémorragie interne provoquée par une plaie importante de la veine pulmonaire gauche est décelée, et malgré un massage cardiaque interne et externe prolongé, la princesse est déclarée morte à 4 heures du matin, à l'âge de 36 ans.  

Dans la nuit du 31 août 1997, à 5h30 du matin, le professeur Riou, à la tête de l’équipe de réanimation de la Pitié-Salpêtrière, annonce la mort de la princesse Diana à la presse. Le lendemain, le monde entier apprend la nouvelle ; des milliers de personnes viennent déposer des gerbes de fleurs et des bougies devant les grilles du palais de Kensington à Londres, résidence de la princesse. Pointant du doigt le rôle des paparazzi et de la presse tabloïd dans l'affaire, le frère de Diana, le comte Charles Spencer, accuse les journalistes, rédacteurs en chef et propriétaires de journaux d’avoir "du sang sur leurs mains".

Éphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'AlmaÉphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'AlmaÉphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'AlmaÉphéméride du 31 août à Paris : L'accident mortel de Lady Diana au Pont de l'Alma

Critiquée pour son silence et pour avoir sous-estimé le chagrin des Britanniques, la reine Elizabeth II s'exprime finalement à la télévision anglaise la veille de l'enterrement de Lady Di. Ses funérailles nationales, le 6 septembre 1997 à Londres, rassemblent plus de trois millions de personnes. A Paris, la Flamme de la Liberté, située au dessus du tunnel, est rapidement recouverte de fleurs, de photographies et de mots d'anonymes, en guise d'hommage à la princesse. 

Par la suite, les rumeurs les plus folles et les pires scénarios courront sur les causes de l'accident, auréolé de mystère, comme l'idée que Lady Di, enceinte de son amant, aurait été tuée par la famille royale. Mais ni ces on-dit ni les photographes arrêtés sur les lieux du drame ne seront poursuivis. L'enquête conclut à un homicide provoqué par la conduite négligente de la Mercedes de la princesse Diana et des véhicules la poursuivant.

Encore aujourd'hui, la Flamme de la Liberté, surplombant l'entrée ouest du tunnel du pont de l'Alma, est constamment recouverte de messages et de fleurs. La place où elle se trouve a, d'ailleurs, été rebaptisée Place Diana en 2019. Initialement offerte à la France par les États-Unis en remerciement de la restauration accomplie en 1986 sur la statue de la Liberté, à l'occasion de son centenaire, le monument est aujourd'hui présenté comme la stèle commémorative à la Princesse Diana

Informations pratiques

Lieu

Pont de l'Alma
75008 Paris 8

Plus d'informations
Iconographies :
En tête : La Flamme de la Liberté © Zairon, CC BY-SA 4.0
Flowers for Princess Diana's Funeral © Maxppp - ALPHAPRESS, CC-BY-2.0

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche