Child's Play - la Poupée du Mal : critique et bande-annonce

Les amateurs de films d'horreur et de la poupée maléfique Chucky vont être ravis de (re) découvrir "Child's Play : La Poupée du Mal", en salles le 19 juin 2019. Un long-métrage réalisé par Lars Klevberg, qui prend la forme d'un reboot réussi de "Jeu d'Enfant", sorti en 1988, le premier film où est apparu Chucky.

Chucky revient hanter les salles de cinéma après plus de 20 ans d'absence (sans compter les 3 films de Don Mancini sortis 2004 et 2017) dans "Child's Play : La Poupée du Mal", qui sort le 19 juin 2019. Un long-métrage réalisé par Lars Klevberg et prenant la forme d'un reboot, celui de "Jeu d'enfant" sorti en 1988 et relatant l'histoire du tueur Charles Lee Ray plaçant son esprit dans une poupée avant de se faire tuer, pour ensuite recommencer ses méfaits sous la forme d'un jouet.

Côté casting, on retrouve Aubrey Plaza ("Scott Pilgrim", "Parks and Recreation", "Dirty Papy"), Tim Matheson ("Jumanji : Bienvenue dans la Jungle", "Hart of Dixie"), Gabriel Bateman ou encore Mark Hamill (la saga "Star Wars") dans le rôle de la poupée tueuse.

Synopsis

L'entreprise Kaslan vient de lancer une nouvelle ligne de poupées High-Tech connues sous le nom Buddi ("pote" en français), ce qui la rend célèbre dans le monde entier : elle constitue le cadeau parfait pour les enfants. Karen Barclay décide de donner une de ces poupées baptisée "brave gars" à son fils Andy pour son anniversaire. Cependant, un dysfonctionnement va pousser la poupée à adopter un comportement agressif et psychopathe... Le cauchemar ne fait que commencer.

Bande-annonce

Critique :

"Child's Play : La Poupée du Mal" est un reboot réussi, et c'est important de le souligner car ce n'est pas toujours le cas.
Si en 1988 Chucky était une "simple" poupée, plus de 30 ans plus tard, en 2019, le Chucky 2.0 est une poupée robotisée dotée d'une intelligence artificielle.
Permettant, depuis l'application Kaslan, de commander toutes la domotique et tout un tas de services (musique...), elle nous rappelle - un peu - Alexa et autres consorts made in Google, Amazon...
Chucky le robot apprend et répète tout, mais non doté de capacité réflexive, il prend tout au premier degré, ce qui va causer quelques problèmes - parfois mortels - à ses propriétaires.
Pour ce nouvel opus, l'histoire est adaptée au monde contemporain. Le scénariste, Tyler Burton Brown et le réalisateur, Lars Klevberg, en profitent pour glisser du pur film d'horreur / gore à la comédie horrifique. Car, qu'on se le dise, ce nouveau "Child's Play" est franchement drôle. Les cinéastes utilisent l'humour - noir parfois - pour faire passer leur critique de notre société contemporaine ultra connectée. Drones, domotique, voitures autonomes sans conducteur.... Tous ces bijoux de technologie ont bien présents dans le film et utilisés à mauvais escient par la poupée maléfique.
Mark Hamill ayant accepté de prêter sa voix - dans la version originale américaine - à Chucky, si vous êtes attentifs, vous repérerez et apprécierez la référence à "Star Wars" (on ne vous dira pas laquelle bien évidemment). Mais ce n'est pas le seul clin d'œil : les créateurs se sont amusés à placer un hommage au film du même genre, "Massacre à la tronçonneuse", dans leur long-métrage. Tupac est également évoqué.
Outre Mark Hamill, saluons la prestation très convaincante de Gabriel Bateman, le jeune acteur qui joue Andy, à qui la poupée est offerte. A 14 ans, ce n'est pas son premier film d'horreur. On a déjà pu le voir dans "Annabelle" en 2014 et "Dans le Noir" en 2016.

Laura B.
Dernière modification le 19 juin 2019

Informations pratiques

Horaires
Du 19 juin 2019 au 26 juin 2019

×

    Lieu

    Paris
    75 Paris

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche