The Demon Inside : critique, bande-annonce et nouvelle date de sortie

Par Laura B., Julie M. · Publié le 3 juin 2020 à 10h54 · Mis à jour le 3 juin 2020 à 11h46
"The Demon Inside", nouveau film d'horreur sur l'exorcisme, aurait dû débarquer dans les salles obscures le 25 mars 2020. En raison de l'épidémie de coronavirus qui sévit actuellement, la sortie du film est malheureusement reportée au 22 juin 2020. D'ici-là, on regarde la bande-annonce pour commencer à se mettre la trouille.

Après "L'Exorciste" de William Friedkin sorti en 1973, "Amityville, la maison du diable" en 1979, "Poltergeist" de Tobe Hooper en 1982 ou bien plus récemment la saga "Conjuring", voici arriver sur nos écrans de cinéma un nouveau film d'épouvante sur l'exorcisme. Il s'agit de "The Demon Inside" réalisé par Pearry Reginald Teo dont la sortie en salles est prévue le 22 juin 2020 (le jour de la tant attendue réouverture des salles de cinéma). Une (vraie) bonne raison d'avoir peur !

Dans "The Demon Inside", Pearry Reginald Teo ("Killer Hacker" en 2009 et "Sleeping Beauty" en 2016, des films sortis uniquement en vidéo et VOD) qui signe également le scénario de ce film d'horreur, dirige l'actrice franco-thaïlandaise Florence Faivre ("Chok-Dee" de Xavier Durringer en 2005 et la série "Marvel : Les Agents du Shield"). La comédienne donne la réplique, entre autres, à Robert Kazinsky ("Captain Marvel", "Pacific Rim"...) qui est également producteur du film, et à Peter Jason ("Jurassic World 2", "Transformers 2 : la Revanche", "Harvey Milk", "Le Pic de Dante"...).

Synopsis :

Après trois années passées en prison pour la mort d'un enfant au cours d'une séance d'exorcisme qui a mal tourné, le Père Lambert (Peter Jason) cherche sa rédemption auprès de Joël (Robert Kazinsky), un jeune père de famille qui soupçonne son fils d'être possédé...

La bande-annonce :

Notre critique :

Après un décevant "La Nonne" sorti en 2018, voici enfin un film sur la possession et l'exorcisme intéressant et bien foutu avec "The Demon Inside".
Le père de famille, interprété par Robert Kazinsky, papa célibataire, est sculpteur, sa maison déborde d'angoissantes sculptures de l'enfer. Il semble subir des réminiscences d'on ne sait pas trop quoi, mais il est surtout schizophrène. Son fils, Mason, qui semble possédé, a un doudou hideux en forme de hibou, Camper, une peluche qui parle, rapellant Chucky dans sa version 2.0, "Child's Play : la poupée du mal". Leur maison abrite des phénomènes paranormaux : objets qui se déplacent, des monstres apparaissent. Visions, voix, images de femme effrayante (qui ressemble étrangement à celle de "The Grudge")... tous ces classiques de la possession sont au rendez-vous dans "The Demon Inside". Des passages que le réalisateur, Pearry Reginald Teo, symbolise par des flashs, des lumières fluo, des images très rapides... Il a d'ailleurs choisi de situer son film dans un état paumé d'Amérique (comme souvent dans les films de genre). Il livre un long-métrage à la colorimétrie sombre, utilisant des effets vintage. Il a également recours aux techniques classiques de l'horreur mais qui fonctionnent toujours comme des bruits soudains pour nous faire sursauter. Pearry Reginald Teo use de tous les subterfuges de l'horreur, et ça marche !
Pour une fois dans un film sur l'exorcisme, la fin offre un véritable retournement de situation digne de ce nom - malgré des questions laissées en suspens - qui fait voler en éclats nos certitudes. Pearry Reginald Teo a eu une excellente idée en mélangeant maladie (réelle) et possession !

 

Dans quelles salles proches de chez moi est projeté le film The Demon Inside ?

Appel à témoins :

Vous êtes acteurproducteurréalisateurdistributeurexploitant de salle ou tout simplement fan de cinéma et vous souhaitez apporter votre témoignage sur cette période exceptionnelle, contactez-nous par mail à temoignages@sortiraparis.com

Informations pratiques

Dates et Horaires
À partir du 22 juin 2020

×
    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche