White Riot, le documentaire sur le mouvement Rock Against Racism : critique et bande-annonce

Par Laura B. · Publié le 26 juillet 2020 à 20h35 · Mis à jour le 26 juillet 2020 à 20h35
"White Riot", le documentaire réalisé par Rubika Shah attendu en salles le 5 août 2020, revient sur le mouvement politique et culturel Rock Against Racism né en Angleterre en 1976 et son festival à Londres en 1978, avec The Clash. De quoi prendre une dose de musique live, par écran interposé, à défaut de pouvoir assister à un festival cet été.

Après "Joe Strummer : the Future is Unwritten", portrait du leader des Clash réalisé par Julien Temple en 2007 et le documentaire de Lucile Chaufour "East Punk Memories" sorti en 2016, les amateurs de punk - et les autres - risquent à nouveau de se régaler avec "White Riot".
"White Riot", qui sort au cinéma le 5 août 2020, est un film documentaire réalisé par la documentariste britannique Rubika Shah dont le titre provient d'une chanson des Clash.
A l'hiver 1976, Rock Against Racism (RAR), mouvement politique et culturel, naît au Royaume-Uni pour contrer la vague raciste qui est en train de monter. Le mouvement organise deux grands festivals de musique, dont l'un en 1978, rassemblant plus de 80.000 personnes à Trafalgar Square à Londres. Un concert où se sont produits The Clash, Sham 69, Steel Pulse ou encore Tom Robinson. Des artistes qu'on retrouve dans le documentaire, tout comme The Selecter, Poly Styrene et Alien Kulture.
"White Riot" a été primé dans la catégorie documentaire lors du dernier BFI London film Festival. Il a également été sélectionné lors de la 70ème Berlinale en 2020.
On découvre ci-dessous la bande-annonce sur fond de "London Calling" et de "White Riot" de The Clash.

Synopsis :

Royaume-Uni, fin des années 70, en pleine explosion du mouvement punk : face à la montée de l'extrême-droite nationaliste et raciste, un groupe de militants choisit la musique comme arme. C'est l'aventure de Rock Against Racism qui, avec The Clash en première ligne, va réconcilier, au son des rythmes punk, rock et reggae, les communautés d'un pays en crise.

La Bande-Annonce :

Critique :

Avec "White Riot" Rubika Shah livre un film extrêmement dynamique, rythmé par la musique.
La documentariste mêle très habilement images (photos, vidéos...) d'archives et interviews réalisées de nos jours pour le documentaire, dont celles de Topper Headon des Clash et de Tom Robinson.
Le film jouit d'une mise en scène et d'un montage très intéressants, notamment pour l'utilisation des archives, la mise en valeur de photos ou  vidéos d'époque de mauvaise qualité grâce au graphisme. Parmi ces archives, il y a notamment des coupures de presse, le courrier des fans du mouvement Rock Against Racism, mais aussi des interviews de Joe Strummer (The Clash) ou Jimmy Purey (Sham 69) données à l'époque.
"White Riot" nous plonge dans une période très intéressante qu'un certain nombre d'entre nous n'ont pas vécu car nés après. Une période qui, malheureusement, fait encore écho aujourd'hui car on n'en a toujours pas fini avec le racisme.
Le film a le mérite de nous rappeler également que des artistes comme David Bowie, Eric Clapton ou Rod Stewart ont pris des positions nationalistes à cette époque.

 

Dans quelles salles proches de chez moi est projeté le film White Riot ?

Informations pratiques

Dates et Horaires
À partir du 5 août 2020

×
    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche